Mercredi, 19 juin 2024

Économie

Temps de lecture : 3 min 37 s

L'entreprise agricole effectue un transfert non apparenté pour la première fois

Le 18 mai 2023 — Modifié à 13 h 36 min le 18 mai 2023
Par Mélyna Girard

Le processus de transfert d’une entreprise agricole n’est jamais simple, mais il est nécessaire pour assurer la relève à la ferme. La Ferme Nordan à Normandin, qui a célébré son centenaire en 2018, a su prospérer et pu transmettre son expertise de génération en génération. Daniel Bergeron est de la troisième génération des Bergeron et s’apprête à passer le flambeau à un jeune, lui aussi un passionné d’agriculture. C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour cette entreprise puisque le transfert sera pour la première fois non apparenté (non familial).

Depuis l’automne dernier, Daniel Bergeron a cédé une partie de ses actions à celui qui deviendra le futur propriétaire de la ferme, Timmy Gauthier, et qui en assumera la destinée.

« Pour le moment, je demeure actionnaire majoritaire pour faciliter la transition. Le processus pour la relève de la ferme est bien enclenché. Timmy travaille avec moi depuis maintenant 4 ans et il y a une belle affinité entre nous. Il est arrivé un jour de mai 2019 comme un cheveu sur la soupe. J’avais lancé un appel à tous sur les réseaux sociaux parce que j’avais besoin de bras pour une fin de semaine. Timmy s’est présenté et a toujours démontré depuis un grand intérêt pour la ferme », raconte Daniel Bergeron.

Il n’aura fallu que deux ans pour que le processus de transfert s’amorce, en novembre 2021. Daniel Bergeron croit à l’importance de donner la chance au coureur.

Destin favorable

« Je crois beaucoup au destin. Quand les choses sont pour arriver, il faut saisir l’opportunité qui se présente. Faut embarquer dans le train quand il passe. J’aurai 65 ans dans deux ans et je suis prêt pour ma retraite. Timmy est à son affaire, il est consciencieux dans son travail, il est sérieux et aime le métier d’agriculteur. Ce n’est pas comme s’il partait avec deux prises, bien au contraire, la ferme est florissante et en santé », lance Daniel Bergeron.

Celui-ci reconnaît par ailleurs qu’un transfert de propriété en agriculture est un processus long et complexe, ne serait-ce que sur le plan de la fiscalité. On parle ici d’une affaire de plusieurs millions de dollars.

Puisque la cassure de la chaîne de transfert de la ferme de génération en génération était inévitable, en raison d’absence de relève familiale, autant la léguer à une personne extérieure, mais de grande confiance.

« C’est bien ainsi. Mes enfants sont grands aujourd’hui et heureux dans ce qu’ils font. En bout de ligne, la survie de l’entreprise sera assurée pour encore longtemps. Je suis fier de ça. C’est bien de voir que ce qu’on a bâti va se perpétuer dans le temps, même si ce ne sera plus l’entreprise des Bergeron. C’est même plus facile pour le transfert puisque les sentiments familiaux n’entrent pas en ligne de compte ».

Objectif 2025

Si les choses continuent d’aller comme il le pense, Daniel Bergeron s’attend à ce que le transfert en totalité des actions de la ferme au nouveau propriétaire se concrétise en 2025, au terme du processus. Timmy Gauthier aura alors 26 ans et pourra envisager un avenir à long terme.

« On entreprend le dernier droit du processus de transfert. On sait exactement où on s’en va. On peut dire que c’est déjà coulé dans le béton », indique Daniel Bergeron.

Timmy Gauthier est fils d’agriculteur et a suivi des études en agriculture au Cégep d’Alma.

Passion sans bornes

Daniel Bergeron est propriétaire de la Ferme Nordan depuis 1995. Avant lui, elle appartenait à son père Joseph-Louis et au tout début à son grand-père Louis qui s’est installé sur la terre de la rue Saint-Cyrille en 1918.

À 24 ans seulement, Timmy Gauthier voue une passion sans bornes pour la terre. En aucun moment pendant le processus de transfert de la ferme il a songé faire marche arrière. C’est tout le contraire. Plus le projet évolue, plus il se sent à sa place.

« J’aime tout de la ferme. C’est pareil et jamais pareil. J’en apprends tous les jours et ça ne s’arrêtera pas. Être mon propre boss, c’est ce que je recherche. On fait ses horaires, on planifie, on arrive le matin pour travailler dans ce qu’on aime le plus. Il y a une confiance mutuelle entre Daniel et moi et c’est ce que ça prend pour entreprendre une démarche de transfert ».

Le fait que la Ferme Nordan est entièrement robotisée et que les gros investissements de modernisation ont été faits dans les dernières années sont aussi des atouts pour une relève prometteuse.

La ferme laitière Nordan compte quelque 120 bêtes et produit annuellement entre 750 000 et 800 000 litres de lait. Elle occupe une superficie de culture de 250 acres.

[caption id="attachment_83860" align="alignnone" width="300"] Propriétaire depuis 1995 de la ferme familiale Nordan plus que centenaire, Daniel Bergeron s’apprête à passer le flambeau à Timmy Gauthier. Une démarche de transfert de l’entreprise agricole de Normandin qui s’est amorcée en 2021 et qui devrait se conclure en 2025. Pour la première fois de son histoire, cette entreprise agricole sera transférée à une relève non apparentée (non familiale). (Photo courtoisie)[/caption]


Le Cahier EntrePreneurs est une initiative de Trium Médias, en collaboration avec le journal Les Affaires. Dans les éditions trimestrielles se trouvent des articles touchant directement les enjeux et défis du monde des affaires.

Pour consulter l'édition

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES