L’ArrimAge grandit au rythme de sa clientèle

Photo de dhudon
Par dhudon
L’ArrimAge grandit au rythme de sa clientèle
La Ressourcerie du Ré-Emploi du CSM l’ArrimAge vend des vêtements qui proviennent de dons de la population et qui permet l’intégration à l’emploi d’une clientèle vivant avec une problématique en santé mentale. (Photo : Trium Médias - Denis Hudon)

Le Centre de santé mentale L’ArrimAge peut dorénavant offrir des services centralisés depuis l’agrandissement de ses locaux, toujours au même endroit dans les Promenades du boulevard.

L’organisme a tenu à souligner cet événement par une inauguration portes ouvertes.

« Au fil des ans, nous avons ajouté de nombreux services afin de répondre aux divers besoins de la population. Depuis une dizaine d’années, on manquait d’espace, particulièrement pour l’atelier de RéEmploi », explique Josée Dion, directrice générale.

L’organisme a doublé ses espaces après le départ de l’ancien locataire d’à côté. Ce qui a permis du même coup de relocaliser la ressourcerie du RéEmploi juste au-dessous, au premier plancher. Le commerce fait la vente de vêtements auprès de la population (chandails, pantalons, chaussures, manteaux, chapeaux, sous-vêtements, etc.). Les articles sont vendus aux coûts variant de 0,50$ à 2,00$.

« Chaque don et achat de vêtements à la ressourcerie contribue à l’intégration au travail et à la réinsertion sociale », tient à rappeler la directrice.

Pour faciliter la tâche des gens qui voudraient se départir de vêtements au profit de la ressourcerie, un dépôt sera bientôt accessible 24 h sur 24 h par la ruelle, à l’arrière (côté rue des Érables).

Outre la collecte de vêtements, l’organisme fait aussi la récupération de papier et de textiles de buanderie (en provenance de l’hôpital) pour la confection de guenilles pour les garages et de bloc-notes en papier.

La ressourcerie a permis jusqu’à ce jour, l’intégration de 41 employés.

Intégration su travail

Le volet d’intégration au travail offre aux personnes vivant avec une problématique en santé mentale, une expérience de travail valorisante et enrichissante. Il permet à la clientèle d’acquérir différentes habiletés personnelles, professionnelles et sociales. L’objectif est de préparer la personne à un retour sur le marché régulier de l’emploi.

« Trois de nos travailleurs viennent d’ailleurs de quitter l’atelier de travail pour intégrer un emploi régulier dans une entreprise locale », indique Josée Dion.

Par ailleurs, l’ArrimAge a accueilli ou rencontré 964 personnes, d’avril 2020 à mars 2021. Pour les douze derniers mois, c’est 450 personnes rejointes. Cette baisse s’explique par le manque de personnel pendant cette période.

« Pour cette raison, nous n’avons pas pu tenir toutes nos activités habituelles, notamment les conférences et les ateliers dans les écoles pour adultes et les polyvalentes. Sinon, nous aurions atteint sensiblement le même nombre de personnes », précise Josée Dion.

La présente année s’annonce beaucoup meilleure alors qu’une intervenante vient de se joindre à l’équipe du CSM et que des membres du personnel en congés maladie et maternité effectuent un retour.

 

Partager cet article