Jeudi, 22 février 2024

Sports

Temps de lecture : 1 min 38 s

Basketball 

Une culture toujours aussi bien implantée à Normandin 

Janick Émond
Le 31 janvier 2024 — Modifié à 11 h 20 min le 31 janvier 2024
Par Janick Émond - Journaliste

Une culture toujours aussi bien implantée à Normandin 

La culture du basketball est définitivement bien implantée dans le haut du Lac-Saint-Jean. La passion du ballon orange se partage auprès des jeunes de Normandin à Dolbeau-Mistassini, en passant par Albanel.  

Le responsable du programme de basketball à la Polyvalente de Normandin, Julien Gravelle, parle d’une solide culture pour le basketball chez les jeunes du secteur.  

« Nous sommes une petite école, et malgré tout, on a quatre équipes. Sans compter les équipes de mini-basket au primaire. Et pourtant, on pourrait croire que le recrutement pour un tel sport pourrait être plus difficile dans le secteur, puisqu’on a beaucoup de jeunes qui vivent dans des rangs ou sur des fermes. Nous ne sommes pas comme dans les centres plus urbains où les jeunes se réunissent facilement sur un terrain de basketball au parc », commente Julien Gravelle.  

Succès 

Ce qui impressionne encore plus le nouveau responsable, qui a pris en charge le programme cette année, c’est de voir le niveau de jeu de son équipe Juvénile en Division 3.  

« L’équipe ne fait que gagner, et ce, malgré très peu d’heures d’entrainement. C’est impressionnant. De plus, dans l’équipe, on a deux joueurs que nous avons montés de notre équipe en Cadet. Ils sont plus jeunes que les autres, mais ils sont excellents », ajoute-t-il.  

Pour la formation Cadet, les succès sont un peu moins au rendez-vous cette année. L’équipe n’enchaine peut-être pas les victoires, mais les joueurs apprennent les bonnes leçons afin de devenir une équipe redoutable lorsqu’ils gradueront en Juvénile.  

« Avec cette équipe, on assume le côté compétitif, mais l’accent est beaucoup plus sur le côté éducatif du jeu. On forme une culture collective. » 

La Polyvalente compte aussi sur deux autres équipes dans le Benjamin. Une équipe masculine et une féminine.  

« Pour beaucoup, encore plus que dans le Cadet, ce sont leurs premiers pas au basketball. Certains y ont joué au primaire, mais la majorité découvre ce sport avec nous. Avec eux, on leur enseigne les bases du basketball, mais on forme les joueurs individuellement. On veut développer leurs compétences. » 

Développement 

Si la culture basket est bien implanté chez les garçons, Julien Gravelle souligne qu’un effort sera mis dans les prochaines années pour l’étendre aux filles.  

« Le sport féminin a un peu plus de mal à s’épanouir. L’objectif est de les inclure davantage et réussir à garder dans les prochaines années une équipe féminine dans l’école. » 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES