Tennis : de l’action sur les terrains à la fin mai

Denis Hudon
Tennis : de l’action sur les terrains à la fin mai
(Photo : courtoisie)

À Dolbeau-Mistassini, on se prépare pour une autre saison de tennis. Le club local a déjà lancé sa période d’inscriptions. L’objectif est de commencer à jouer sur les terrains adjacents au Centre civique à la fin de mai.

Le premier ministre François Legault a obtenu le feu vert de la Direction de la santé publique pour une reprise des activités de golf et de tennis.

« Pour d’autres sports, collectifs par exemple, ça peut être plus compliqué avec la distanciation sociale. Il est possible que certains sportifs se tournent cet été vers une autre activité comme le tennis », pense Dave Bélanger, responsable de l’organisation au Club de tennis de Dolbeau-Mistassini.

Ouvert à toutes et à tous, le club dolmissois accueille bon an mal une quarantaine de joueurs, dont une trentaine de membres. Sans le soutien de commanditaires, les cotisations des membres-joueurs ne suffiraient pas à elles seules à assurer l’entretien du terrain.

Par ailleurs, ce qui inquiète davantage le préposé aux terrains et joueur aguerri Mishell Gagnon, ce n’est pas tant la COVID-19 que le mauvais temps en ce début de printemps.

« La pandémie n’est pas un facteur si on devait ouvrir notre saison un peu plus tard que l’an dernier. C’est le vent et le froid qui retardent la préparation de nos deux terrains. C’est rock’n roll à gérer. »

Le préposé à l’entretien du terrain de tennis du Centre civique, Mishell Gagnon, procède à des arrosages de la surface en terre battue, en prévision de la nouvelle saison qui s’amorcera dans quelques semaines.

Quelques précautions

Il faut savoir qu’un terrain de tennis en terre battue, comme c’est le cas au Centre civique, exige beaucoup plus de soins. Mishell Gagnon avoue qu’une bonne pluie en ce temps-ci de l’année aiderait à humidifier et à solidifier la surface de jeu, offrant ainsi des conditions idéales pour préparer le terrain.

Pour la distanciation sociale de deux mètres, exigée pendant la pandémie, Mishell Gagnon ne voit pas vraiment d’obstacles quant à l’application des règles sanitaires. Du moins pour les parties majoritairement disputées en simple. Pour les matchs en double, on admet au club qu’il faudra redoubler de prudence.

« Il faudra respecter les consignes dont le lavage des mains. Tennis Québec suggère aussi aux joueurs d’apporter leurs propres balles et d’en prendre une nouvelle à chaque service effectué par un joueur pour éviter toute contamination », indique pour sa part Dave Bélanger, responsable de l’organisation du club.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des