Un retour à la normale à la SADC Maria-Chapdelaine

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Un retour à la normale à la SADC Maria-Chapdelaine
Le directeur général de la SADC Maria-Chapdelaine, Jean-François Laliberté, entrevoit une année 2022-2023 intéressante sur le plan économique dans le milieu. (Photo : courtoisie)

Après avoir dû composer avec les aléas de la pandémie en 2020-2021, la Société d’aide au développement des collectivités Maria-Chapdelaine (SADC) a vu ses activités revenir à la normale en 2021-2022. Une année de transition, estime le directeur général de l’organisme, Jean-François Laliberté.

Le rapport annuel rendu public par la SADC Maria-Chapdelaine fait en effet état de 114 dossiers d’accompagnement au cours de la dernière année, une diminution substantielle par rapport aux 188 dossiers pilotés par l’organisme pendant l’année précédente.

« On voit bien que l’on a été dans une période de transition entre la pandémie et un retour à la normale. Nous sommes revenus à des chiffres qui correspondent à ce que l’on faisait avant la pandémie », précise Jean-François Laliberté.

Celui-ci estime que le milieu se tire somme toute plutôt bien de cet épisode de deux ans où l’économie a été bouleversée.

« La clientèle que l’on accompagne se trouve dans une situation assez bonne. Nous sommes actifs dans un peut tout, l’industriel, les services et même un peu dans l’agriculture, et on constate que nos entreprises vont bien. Il y a bien sûr les problèmes que l’on connaît tous, comme la main-d’œuvre, mais c’est le cas partout. »

Jean-François Laliberté s’attend d’ailleurs à ce que la prochaine année soit plutôt intéressante sur le plan des investissements. Plusieurs entreprises qui avaient mis des projets sur la glace pendant la pandémie se sentent prêtes à reprendre là où elles avaient laissé.

Numérisation

Pour Jean-François Laliberté, une partie de la réponse à la rareté de la main-d’œuvre se trouve dans la numérisation et l’automatisation. Toutes les entreprises ne peuvent toutefois pas se permettre cette avenue.

« Nous accompagnons principalement de petites PME. La numérisation fait sans doute partie de la solution, mais ce sont généralement des investissements importants qui nécessitent un bon volume d’activité. Les entreprises du secteur commencent à évaluer ce type d’opportunité. »

Bilan

La SADC Maria-Chapdelaine a réalisé des investissements de 373 000 $ sous forme de prêts à 13 entreprises du milieu. Les projets qui ont été soutenus se sont répercutés sur la création de 27,5 emplois et la consolidation de 11,5 autres.

Dans l’ensemble, 69% des projets soutenus de cette façon étaient en démarrage, 23% pour de l’expansion et 8% pour de l’acquisition.

Parallèlement, l’organisme a soutenu 20 initiatives locales par l’entremise de contributions financières non remboursables totalisant 54 990 $.

Partager cet article