Jeudi, 22 février 2024

Économie

Temps de lecture : 1 min 33 s

Entrepreneurs forestiers

L’AQEF mène plusieurs dossiers de front

Denis Hudon
Le 31 janvier 2024 — Modifié à 08 h 00 min le 31 janvier 2024
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

L’AQEF mène plusieurs dossiers de front

L’Association québécoise des entrepreneurs forestiers (AQEF) a eu du pain sur la planche en 2023, à l’image de ce qu’a été la dernière année avec des feux de forêt records. Certaines entreprises ont été fragilisées à la suite de ces événements extrêmes alors que d’autres s’en sortent mieux, mais à quel prix?

Martin Bouchard est partenaire d’affaires à l’AQEF et bien au fait des défis et enjeux.

« Plusieurs entrepreneurs forestiers ont été impactés par les feux de forêt. Certains ont vécu les événements plus difficilement et ont peine à s’en relever. Il faut que les programmes d’aide du gouvernement soient bonifiés. »

L’AQEF adresse au gouvernement principalement deux demandes : qu’il aille plus loin dans les programmes d’aide par suite des événements de l’été dernier et qu’il mette sur pied un programme d’aide dédié aux entrepreneurs forestiers et récurrent.

« Avec les changements climatiques, il faut des programmes qui soient propres aux entrepreneurs forestiers pour que les feux ne viennent pas les précariser. Ce sera un coffre d’outils disponible pour eux. »

Tournée de consultations

Martin Bouchard appuie aussi la ministre Maïté Blanchette Vézina des Ressources naturelles et des Forêts qui va effectuer une tournée des régions avec des consultations.

« On va être là pour faire entendre et soumettre des points d’amélioration ou des ajustements au régime forestier. Je pense qu’il y a lieu d’être optimiste ».

Enfin, pour la jeune association fondée en 2018, le défi de la précarité de l’organisme est dans les priorités.

« On franchit une étape de consolidation. On est une voix pour les entrepreneurs forestiers et un interlocuteur crédible auprès des instances gouvernementales ».

Enfin, Martin Bouchard est confiant pour l’avenir et considère que l’industrie est en santé avec le bois comme outil de développement économique.

« Le bois est en demande partout dans le monde. Mais c’est aussi une industrie qui est tributaire des marchés. »

Main-d’oeuvre et caribou

Par ailleurs, l’AQEF travaille à la mise en place d’un programme de formation avec des partenaires afin de lutter contre la pénurie de main-d’œuvre. À cela s’ajoute du perfectionnement pour les jeunes au sortir de leur formation professionnelle.

Pour ce qui est des aires de protection du caribou, l’AQEF attend le plan gouvernemental. « Ça devrait sortir bientôt. On en sait peu chose pour le moment, mais on surveille ça de près », dit Martin Bouchard.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES