Jeudi, 22 février 2024

Chroniques

Temps de lecture : 2 min 6 s

C'est la faute à la techno!

Le 25 janvier 2024 — Modifié à 11 h 48 min le 25 janvier 2024
Par Mark Dickey

C'est la faute à la techno!

Depuis une bonne dizaine d’années, quand vient le temps du match des étoiles de la LNH, nous chialons. Nous trouvons les nouveaux concepts absurdes, surtout lors des concours d’habiletés où un joueur doit viser juste pour en faire tomber un autre dans la piscine, un peu comme Pierre Marcotte et Roger Giguère à l’époque des Tannants en…. 1980. Quoi qu’on y fasse, le week-end des étoiles devient de plus en plus burlesque. Qui est le responsable? La ligue ? Pas du tout. Ce qui a tué la partie des étoiles, c’est la technologie.

Replongeons-nous en 1988. Le match des étoiles commence et nous sommes très excités parce que c’est Mario Lemieux contre Wayne Gretzky, deux joueurs qui étaient possibles de voir seulement une à deux fois à la télé, à l’exception des séries. Le rendez-vous des étoiles prenait alors tout son sens.

Aujourd’hui, regarder un match avec les McDavid, Bedard et Crosby, c’est facile et accessible. A l’époque, les matchs des Canadiens et surtout des Nordiques n’étaient pas tous télévisés. Ça se passait le samedi soir à Radio-Canada et en semaine à TVA et TQS, le petit nouveau. Avant la venue de RDS, je n’avais aucun souvenir d’un match du tricolore dans l’Ouest américain. Depuis le début des années 2000, tous les matchs sont disponibles, pas seulement ceux du CH! Même un excitant duel entre le Wild et les Sharks peut être vu autant à Jonquière qu’à Dolbeau.

La technologie a tué les vendredis soir. Toujours en 1988, un vendredi de janvier, on faisait quoi? On allait au club vidéo louer des cassettes, on arrêtait se «pogner» un chips, de la liqueur, des moments sacrés! Aujourd’hui, il y a la télé sur demande et Netflix. Fini ce petit stress d’espérer que le film qu’on voulait voir soit disponible. Fini ce petit stress de ramener le film avant 18h le lendemain. Je ne sais pas si vous être comme moi, mais quand je navigue sur Netflix, j’en ai pour 20 minutes avant de me décider pour finalement prendre un film que j’ai déjà vu 20  fois. C’est pareil pour les jeux vidéo. Il est maintenant possible de les acheter directement sur la console. Même plus besoin de se déplacer.

Depuis quelques années, les experts tentent de comprendre pourquoi les jeunes ne regardent plus la télé. Qui est le coupable ? Ben oui, la technologie encore. En 1988, on regardait tous la deuxième saison de Lance et Compte. C’était le jeudi à 20h. Si tu n’étais pas devant la télé et que tu ne connaissais pas personne qui l’avait enregistré sur une cassette VHS, c’était foutu. Maintenant avec les Club Illico et Tou.TV, pas de stress. Même que si tu paies, tu vas le voir avant tout le monde.

J’aime tout de même la technologie, bien que je lui en veuille un peu. Avant, il fallait être patient avant de voir une série ou d’entendre une chanson. Maintenant, c’est disponible entièrement dès sa sortie. C’est l’fun, c’est rapide mais l’émerveillement est aussi rapide et parfois éphémère.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES