Mardi, 23 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 32 s

Passerelle du 49e

Un plan d'action mis en place pour la protection des infrastructures

Vincent Pagé
Le 04 juillet 2024 — Modifié à 14 h 19 min le 04 juillet 2024
Par Vincent Pagé - Journaliste

Le Parc régional des Grandes Rivières du lac Saint-Jean prend le taureau par les cornes afin d’assurer la protection des infrastructures de son circuit touristique de quad et motoneige la Passerelle du 49e. Un plan d’action a été élaboré afin de protéger les 9 passerelles qui traversent les rivières du secteur.

« Ce plan passe par l’ajout de limitations physiques, possiblement des portails, jumelé à un système de surveillance caméra. Nous envisageons aussi d’avoir un réseau de surveillance avec la communauté. Il y aura aussi des actions de communication qui viendront compléter ce plan d’action afin de sensibiliser la population à l’importance de ces passerelles », mentionne Dominique Gobeil, directeur général du Parc régional des Grandes Rivières.

Dominique Gobeil souhaite également rappeler l’importance de préserver ces installations qui facilite grandement l'accès au territoire du secteur Maria-Chapdelaine.

« La Passerelle du 49e, c’est un investissement associé au développement durable. On veut générer de la richesse, voir nos milieux de vie être plus dynamiques et permettre aux municipalités rurales du secteur de maintenir des services de proximité. Il s’agit d’un produit d’appel important pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ce sont plusieurs millions de dollars en retombées économiques pour notre région », ajoute le directeur général.

Vandalisme

Cette initiative fait suite à une série d’actes de vandalisme perpétrés dans la dernière année sur certaines passerelles du circuit. Le 11 mai dernier, un incendie criminel s'est déclenché sur la passerelle du secteur de la ZEC Rivière-aux-Rats près de Notre-Dame-de-Lorette après qu’un conducteur ait fait chauffer ses pneus sur la surface en bois. Une plainte avait alors été déposée auprès de la SQ et l'enquête suit actuellement son cours.

« À la suite d’une analyse, il a été conclu que les dommages sur la passerelle ne représentent pas une perte totale. Sur une infrastructure de 72 mètres, c’est 25% du tablier de la passerelle qui a été rendu inopérant par cet acte de vandalisme », mentionne Dominique Gobeil, directeur général du Parc des Grandes Rivières du lac Saint-Jean.

Si la structure en acier n’a heureusement pas été touchée par les flammes, les coûts de réparation s’élèvent tout de même à 100 000$. Les travaux débuteront dans les prochaines semaines et Dominique Gobeil espère que ceux-ci seront complétés d’ici la fête du Travail.
 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES