Mardi, 23 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 22 s

Longévité de la Traversée du lac Saint-Jean

« Il faut garder à l’esprit que rien n’est jamais acquis »

Denis Hudon
Le 04 juillet 2024 — Modifié à 08 h 30 min le 04 juillet 2024
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

La Traversée du lac Saint-Jean fait partie du paysage robervalois depuis si longtemps qu’on pourrait croire l’événement immortel. Pourtant, s’il y en a un qui voue un amour inconditionnel au plus prestigieux marathon de nage longue distance, c’est bien Jean-Pierre Girard. N’empêche, l’inquiétude l’habite toujours lorsqu’il plonge son regard vers l’avenir.

Même si l’événement est tenu chaque année, et ce, depuis maintenant 70 ans, Jean-Pierre Girard rappelle que rien n’est jamais acquis.

« Il faut toujours se rappeler que c’est fragile. J’ai vu de grands marathons de nage disparaître au fil des ans alors que ça semblait impensable. La Traversée du lac n’est plus affiliée à la FINA (Fédération internationale de natation) depuis quelques années. Ça ajoute à l’inquiétude, c’est certain, et ce, même si la Traversée continue d’attirer les plus grands athlètes du monde à Roberval et qu’elle connait toujours le succès. Année après année, la Traversée est là », lance Jean-Pierre Girard.

Pour lui, la Traversée est un événement international extraordinaire. Qu’une petite ville comme Roberval accueille le marathon de nage le plus prestigieux au monde depuis 1955 relève selon lui du miracle.

« Ça m’angoisse toujours d’imaginer que ça pourrait s’arrêter un jour ».

Savoir se renouveler

Quand même, Jean-Pierre Girard garde confiance. L’organisation est solide, expérimentée. Les centaines de bénévoles et la population sont toujours fidèles au poste.

« Ça m’inquiète moins de ce côté-là. Je vois beaucoup de nouveaux visages. Je crois de plus en plus que le cofondateur du Grand Défi, Pierre Lavoie, a raison quand il suggère que la Traversée devrait ajouter un volet populaire à son marathon. On pourrait inviter des nageurs des clubs de natation de partout au Québec ».

Après toutes ces années à assister tant au départ qu’à l’arrivée des nageurs, Jean-Pierre Girard vit toujours ces moments avec une extrême émotion. Il n’a pas perdu une once de sa passion pour la Traversée et voue une admiration sans bornes pour ces athlètes qui réalisent des exploits remarquables.

« La Traversée du lac Saint-Jean, c’est un trésor national », conclut-il.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES