Actualités

Temps de lecture : 1 min 15 s

Le recrutement à l’international ne règle pas tout

Denis Hudon
Le 13 mars 2023 — Modifié à 17 h 24 min le 13 mars 2023
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le recrutement à l’international ne règle pas tout

Martin Néron n’est pas au bout de ses peines. Il a bien déniché un opérateur de presse pour combler un poste, mais Garma Impression aurait besoin encore de candidats pour répondre aux besoins de l’entreprise.

L’imprimerie dolmissoise compte quatre opérateurs de presse. Toutefois, deux d’entre eux ont franchi et même dépassé la soixantaine en âge. Ils sont d’une grande valeur pour l’employeur, mais celui-ci est bien conscient qu’ils approchent la retraite.

Armand Brodeur est avec l’imprimerie de Dolbeau depuis sa fondation, il y a maintenant 45 ans, tandis que Mario Lefebvre est aussi un fidèle depuis des décennies.

« J’ai de la chance de les avoir encore avec moi, mais je ne peux pas leur en demander plus. Déjà qu’ils me font une grande faveur en demeurant jusqu’à ce que je puisse leur trouver des remplaçants », dit Martin Néron.

Celui-ci a beau mettre des annonces pour recruter de la main-d’œuvre, il ne reçoit aucune candidature, ni localement ni régionalement, pas même à l’échelle provinciale. Il doit faire appel à de la main-d’œuvre étrangère.

Un processus ardu

« Oui, recruter des immigrants donne un coup de pouce pour répondre à des besoins pressants, mais ça répond en partie seulement aux besoins de main-d’œuvre. Ça ne règle pas tout. Il y a tellement de facteurs qui entrent en ligne de compte », poursuit Martin Néron.

Qui plus est, faire appel à de la main-d’œuvre étrangère nécessite beaucoup de démarches, de délais et il y a beaucoup de paperasse à remplir. Martin Néron peut en témoigner, bien qu’il ait fait appel à une agence spécialisée pour l’aider à recruter de la main-d’œuvre.

Une fois arrivé au pays et dans sa nouvelle communauté, le travailleur étranger a lui aussi beaucoup de pain sur la planche. Une nouvelle vie l’attend, une nouvelle culture, des habitudes, des pratiques et des usages très différents aussi.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES