Vers une rationalisation du nombre de parcs

Serge Tremblay
Vers une rationalisation du nombre de parcs
La Ville de Dolbeau-Mistassini désire prendre le pouls des citoyens avant de décider de l’avenir de ses parcs. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Il n’est pas réaliste de croire que la Ville de Dolbeau-Mistassini pourra maintenir 40 parcs de différents types sur son territoire. La population doit s’attendre à une rationalisation du nombre de parcs, soutient le maire, Pascal Cloutier.

Ce ne sera sans doute pas simple d’effectuer des coupures. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les élus municipaux souhaitent mener une consultation publique au préalable.

« On devra parler de rationalisation du nombre de parcs à Dolbeau-Mistassini, il n’y a pas de cachette. Il faut se poser des questions et voir quels parcs sont encore pertinents. Est-ce que ça vaut la peine de conserver des parcs qui sont utilisés deux mois par année ? », fait valoir le maire.

Au fil des ans, le portrait des quartiers a évolué. Des secteurs qui étaient autrefois composés de bon nombre de jeunes familles sont aujourd’hui occupés par des gens dont les enfants ont vieilli ou ne sont plus à la maison.

Parallèlement, de nouveaux quartiers populaires auprès des familles ont été aménagés et auraient besoin d’un parc pour les desservir. Ce serait notamment le cas dans le secteur situé à l’arrière de l’ancien Juvénat St-Jean, qui s’est beaucoup développé ces dernières années.

« On doit tenir compte de nos parcs existants, mais il y a aussi de l’implantation de parcs qui serait nécessaire. Il faut regarder tout ça, mais aussi aller chercher le pouls de la population avant d’aborder une rationalisation. »

Rayon de desserte

Dans le portrait qu’elle a tracé de ses parcs, la Ville de Dolbeau-Mistassini introduit la notion de rayon de desserte, c’est-à-dire le rayon autour d’un parc pour lequel on peut raisonnablement croire qu’il est possible pour des gens d’y avoir accès.

Certains chevauchements de rayon de desserte pourraient notamment faciliter le travail pour identifier des parcs potentiellement « superflus ».

Pascal Cloutier laisse par ailleurs entendre qu’il serait possible d’aménager des circuits et/ou trajets pour faciliter les déplacements entre les différents parcs afin de profiter des infrastructures.

Ces éléments seront précisés dans le plan d’action final qui sera élaboré à la suite des consultations.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires