Une première halte routière pour camionneurs pourrait voir le jour

Photo de dhudon
Par dhudon
Une première halte routière pour camionneurs pourrait voir le jour
Pour Kim Lavertu, l’aménagements de haltes routières pour les camionneurs est une question de sécurité. À ce chapitre, le Québec et par conséquent la région, sont à des années-lumière, par rapport aux États-Unis et même à l’Ontario, notamment. (Photo : courtoisie)

Une première halte routière pour camionneurs (truck stop) pourrait voir le jour au Lac-Saint-Jean, d’ici le printemps 2023. Si de tels aménagements pour les transporteurs routiers sont courants aux États-Unis ou en Ontario, notamment, le Québec, lui, fait figure de parent pauvre.

Kim Lavertu de Saint-Félicien promet de mener ce projet, évalué aux environs de 2,5 M$, à bon port. Issue d’une famille de camionneurs et dont le conjoint est aussi chauffeur de camion, Kim Lavertu comprend les difficultés pour les travailleurs en transport de trouver des endroits où s’arrêter pour se reposer, manger ou se laver.

« Je connais bien la problématique. Le camionnage, ça me coule dans les veines. J’accompagne souvent mon chum sur les routes et je n’en reviens toujours pas de voir combien il est compliqué pour les transporteurs routiers de trouver un stationnement sécuritaire et des services appropriés ».

L’idée a cheminé dans la tête de l’entrepreneure de 37 ans pendant la pandémie alors qu’elle a beaucoup voyagé à bord du camion de son conjoint.

La pandémie n’a d’ailleurs pas arrangé les choses. Kim Lavertu rappelle que les fermetures de commerces, les réductions d’heures d’ouverture ou encore la pose de blocs de béton dans certains stationnements sont autant d’obstacles pour les camionneurs qui peinent à trouver des espaces pour s’arrêter. Les chauffeurs ont un livre de bord (log book) et doivent respecter la limite d’heures de conduite, pour leur propre sécurité et celle des autres usagers de la route.

Une question de sécurité

La halte routière pour les transporteurs réglerait tous ces problèmes. Kim Lavertu assure que le dossier est bien enclenché, mais ne peut dire à quel endroit ni quand cette première halte sera une réalité.

« On travaille en partenariat avec la MRC Domaine-du-Roy et Forgescom à Alma. On est en demande de financement. Une pétrolière, que je ne peux identifier pour le moment pour ne pas nuire au dossier, est même prête à s’associer au projet », indique l’initiatrice.

Une halte de ce type prévoit un espace pour stationner les camions, du carburant diesel à la pompe, une machine de lavage à pression pour les camion, une cafétéria pour le déjeuner et le diner et une machine distributrice 24h sur 24 et 7 jours du 7. On pourrait y retrouver aussi une salle de lavage, des toilettes, des douches et un accès aux personnes à mobilité réduite.

Ces haltes pourraient desservir nos seulement les camionneurs, mais tout travailleur, comme les forestiers, de même que bon nombre d’autres usagers de la route.

« Il faut créer des haltes routières pour nos camionneurs. C’est un besoin essentiel et il faut s’en occuper dès maintenant. C’est une question de sécurité. Ce projet me tient à cœur et les défis ne me font pas peur. Ce projet-là, je vais le mener à terme », promet Kim Lavertu.

Partager cet article