Premier coup de foudre avec la région : La chute des Pères lui est tombée dans l’œil

Denis Hudon
Premier coup de foudre avec la région : La chute des Pères lui est tombée dans l’œil

Lorsque Vincent Becker a débarqué dans la région, il y a dix ans, la chute des Pères ,sur la rivière Mistassibi, l’a complètement chaviré. Le coup de foudre instantané. Il n’était pas question pour lui de chercher ailleurs, il avait trouvé son paradis.

« On arrivait, ma conjointe et moi, de la Martinique, à 40 degrés Celsius, et on a débarqué à Montréal où il faisait -30° C. On était en plein mois de janvier », se rappelle encore très bien celui qui vient d’être élu maire de Girardville.

Le premier contact avec le Saguenay-Lac-Saint-Jean s’est fait par l’intermédiaire des Séjours exploratoires de l’organisme Portes ouvertes sur le Lac. Le Français d’origine a découvert alors une région au potentiel extraordinaire.

Pourtant, il en a vu bien d’autres, lui qui a voyagé auparavant à travers le monde avec sa conjointe, d’origine allemande. Celle-ci travaille d’ailleurs avec lui au Marché Wallberg.

L’Alsacien a trouvé rapidement un emploi à son arrivée au Lac-Saint-Jean. Il a travaillé pendant huit ans au Marché Métro, à Dolbeau-Mistassini, comme gérant de boulangerie et cuisinier. Une superbe expérience qu’il n’oubliera jamais.

Il est depuis maintenant 3 ans le directeur de production au Marché Wallberg. C’est Lise Fortin du Restaurant 3F (SEMO Lac-Saint-Jean) qui l’a en quelque sorte recruté.

S’installer à Girardville, un choix

Vincent Beckert est cuisinier-pâtissier. Il offre aussi de la formation aux employés et donne des cours au Cégep de Saint-Félicien.

« J’aime tout de la région, sa nature comme sa qualité de vie. C’est le contact avec les gens qui est le plus stimulant. Ici, au Marché Wallberg, on met en évidence les produits de nos artisans locaux. C’est très convivial et la clientèle est vraiment au rendez-vous. »

Déjà très engagé dans son milieu, il est aussi pompier à temps partiel, le maire fraîchement élu rappelle que s’installer à Girardville a été un choix du coeur, après avoir séjourné six mois à Montréal.

Une connaissance lui a montré une maison qui était à vendre à Girardville, avec un terrain immense. Il n’a pas pu résister et il l’a achetée.

« On retrouve vraiment tout ce dont on a besoin ici. C’est idéal pour y élever une famille. C’est très sécuritaire avec des services de proximité et les relations avec les gens sont faciles. »

En cette année du centenaire de la Municipalité, Vincent Beckert entend bien souligner cet événement au cours de la première année de son mandat.

« La pandémie a empêché d’organiser des festivités en 2021, mais ce n’est que partie remise », promet le maire.

Partager cet article