Martin Simard : quand le sport coule dans les veines

Photo de dhudon
Par dhudon
Martin Simard : quand le sport coule dans les veines
(Photo : courtoisie)

Martin Simard et les sports ne font qu’un. Et c’est tout jeune qu’il a commencé à pratiquer des sports, d’abord dans sa rue et ensuite dans les sports organisés. Il est donc naturel qu’il soit devenu un conseiller spécialisé et apprécié de la clientèle du magasin Sports Expert, et ce, depuis plus de trois décennies.

Hockey mineur, baseball, balle lente, balle rapide, football, flag football, tennis, curling, golf, vélo de route, vélo de montagne, fat bike, ski de fond, ski alpin, raquette, nommez-les! Martin Simard a pratiqué tous ces sports en encore aujourd’hui plusieurs d’entre eux ne l’ont jamais quitté.

« Enfant, je jouais toujours dehors. C’était comme ça pour tous les jeunes de ma génération. On n’avait pas de jeux électroniques et numériques comme aujourd’hui. Si on voulait s’amuser, c’est dehors que ça se passait », raconte-t-il.

Martin Simard a fait tout son hockey mineur, d’atome à midget. L’été, il jouait au baseball organisé. Avec l’âge, il s’est inscrit dans les ligues de hockey et de balle pour adultes.

Jamais rassasié

« Au secondaire, j’ai découvert le football lors de nos cours d’éducation physique. On a alors fondé la Ligue de football DoMi, avec Mario Tremblay, Gilles Beaulieu et Henri-Paul Auger », se souvient encore très bien Martin Simard.

On retrouvait alors trois équipes à Dolbeau avec les Patriotes, les Faucons et les Cowboys et une à Mistassini avec les Chiefs.

Après les années du secondaire, il est devenu entraîneur pendant six ans et a même été arbitre. Les anciens ont voulu continuer dans ce sport et ont alors fondé une ligue de flag-football, à quatre équipes. Ligue qui a duré presque cinq ans.

Puis le tennis est arrivé dans la vie de ce sportif invétéré. Il est membre du club du Centre civique depuis 34 ans.

Martin Simard partageait d’ailleurs ses temps libres à faire plusieurs sports à la fois. Il a connu de bonnes années comme joueur de curling et le golf l’occupait aussi l’été. Il joue encore des parties de temps en temps.

La Véloroute : un déclencheur

Aujourd’hui, ce sportif joue au hockey dans la ligue du vieux poêle.

Dans une même journée, Martin Simard peut faire, par exemple, du vélo, du golf et du tennis.

Puis un jour, la Véloroute des Bleuets est arrivée dans le paysage jeannois.

« La Véloroute a été un grand déclencheur. Les gens se sont mis à faire du vélo comme jamais auparavant. J’aime les longues distances et participer à des grands événements cyclistes. Ensuite, j’ai découvert le vélo de montagne, deux sports complètement différents, mais que j’apprécie tout autant ».

Le sportif aguerri fait plus de 1 000 km de vélo de route par année. À une certaine époque, il parcourrait entre 4 000 à 5 000 km. Et depuis cinq ans environ, il parcourt de 1 500 à 2 000 km en vélo de montagne.

L’hiver, Martin Simard fait du ski de fond, du ski alpin, de la raquette en plus de quelques sorties et voyages dans des centres de ski de la province.

En semaine l’hiver, c’est quand même le fat bike qui est le sport de prédilection de Martin Simard.

Partager cet article