La Coop du 49e parallèle veut bonifier les services aux usagers

Photo de dhudon
Par dhudon
La Coop du 49e parallèle veut bonifier les services aux usagers
Le chalet du 49e et qui sert aussi l’hiver de relais aux motoneigistes, dispose d’un service d’essence et de bornes électriques La nouvelle coop du 49e parallèle vise à bonifier les services auprès de divers usagers. (Photo : Photo courtoisie – Par régional des Grandes-Rivières du lac Saint-Jean)

La Coopérative du 49e parallèle de Notre-Dame-de-Lorette constituée à la fin de l’année 2021 et en force depuis janvier dernier a pour mission de bonifier les services aux usagers, particulièrement les motoneigistes, nombreux à fréquenter les sentiers et la passerelle, mais pas seulement.

Louise de Launière est présidente par intérim, jusqu’à la prochaine assemblée générale annuelle qui se tiendra cet automne. D’ici là, la coop déposera ses premiers états financiers.

« Nous sommes une coopérative indépendante et nous nous occupons principalement de desservir les usagers qui ont besoin de faire le plein d’essence au chalet du 49e ».

Le chalet en bordure du lac Mathieu sert aussi de relais de motoneige l’hiver. S’il y a du personnel sur place l’hiver pour assurer le service à la pompe, ce n’est pas le cas en saison chaude. Les gens font le plein d’essence à partir d’une carte d’accès.

Louise de Launière n’est pas en mesure de dire combien d’usagers cet été, mais parmi eux des quadistes, mais surtout des villégiateurs des alentours, utilisent les pompes.

« Ce que je peux dire, c’est qu’en un mois et demi, il s’est écoulé un peu plus de 2 500 litres en essence », dit la présidente.

Elle confirme que les villégiateurs qui résident aux alentours (lac Mathieu, lac aux Foins, rivière aux Rats, ruisseau du Loup-Cervier, etc.) apprécient la présence de pompes à essence au chalet du 49e et sont nombreux à utiliser le service. Il y a dans ces secteurs beaucoup de résidents et avec les motoneigistes l’hiver, l’achalandage atteint son pic.

Fibre optique

Par ailleurs, les usagers qui veulent faire le plein peuvent parfois se buter à certaines difficultés, particulièrement les jours de gros orages électriques.

« Après une panne électrique, par exemple, on doit dépêcher une personne sur place pour réactiver les installations, et ce, même si nous disposons d’une génératrice. La fibre optique s’en vient et lorsqu’elle sera accessible sur le territoire, on procèdera à la reconversion de notre système pour l’alimentation en carburant. Ça évitera une interruption du service aux pompes, comme ça arrive parfois », explique Louise de Launière.

Outre l’essence, la station comprend aussi un service de bornes électriques.

 

 

 

Partager cet article