Un Dolmissois à la barre de l’émission Roadhunt

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Un Dolmissois à la barre de l’émission Roadhunt
Le Dolmissois Élie Desgagné se retrouve à la barre de l’émission Roadhunt, qui prendra l’affiche sur RDS dès janvier. (Photo : courtoisie - Les Productions Roadfish.tv)

L’émission de chasse Roadhunt amorcera sa 4e saison en janvier, cette fois-ci à l’antenne de RDS. Et c’est un Dolmissois que l’on retrouvera à l’animation, alors qu’Élie Desgagné, passionné de chasse, sera à la barre de huit des dix épisodes.

« C’est la chance d’une vie, c’est incroyable! Ce n’était pas dans ma trajectoire de vie du tout, j’ai roulé ma bosse dans différents domaines, mais là je me retrouve vraiment sur mon X. Je me sens bien là-dedans, j’ai beaucoup de choses à apprendre, mais je suis un passionné de chasse et c’est malade! », lance le principal intéressé.

Chasse à l’orignal, au chevreuil, à l’ours, au petit gibier et même une expédition en Afrique du Sud, c’est tout une expérience qu’a vécue Élie Desgagné à l’occasion du tournage de cette plus récente saison de Roadhunt.

« Moi, je ne suis que le narrateur et un participant. Les vraies vedettes, ce sont nos guides et nos spécialistes, eux ce sont des vrais pros qui ont des trucs à nous apprendre. On met l’accent sur eux, sur les familles qui nous accompagnent et qui ont l’occasion d’approfondir leurs connaissances de la chasse. »

Les émissions d’un format de 30 minutes proposent des séquences visuelles qui mettent en valeur les paysages de l’endroit où les chasseurs se rendent ainsi qu’une trame sonore rythmée.

« Notre émission s’inscrit vraiment davantage dans le divertissement. On donne quelques trucs, mais on ne fait pas dans le très technique. On veut que les gens passent un bon moment avec nous, avec nos experts. »

Jean-François Bourbeau est un autre artisan de chez nous de l’émission Roadhunt. Il est derrière la caméra et au montage.

L’envers du décor

Derrière la caméra, c’est une somme colossale de travail qui entre dans la production d’un seul épisode. Le tournage peut nécessiter entre trois et quatre jours en moyenne et il faut parfois quelques jours de prospection du territoire au préalable lorsque l’émission se déroule en territoire public plutôt qu’en réserve ou en pourvoirie.

« Les vrais héros de Roadhunt, ce sont les gens à la caméra et au montage. Il y a environ 120 heures de montage pour une seule émission. Ce sont des magiciens, ce sont eux qui nous font vivre les émotions avec la musique, le rythme et les bonnes séquences d’image. »

D’ailleurs, l’équipe compte sur deux autres Dolmissois dans l’envers du décor avec Cynthia Dufour et Jean-François Bourbeau à la caméra et au montage. Un travail plus difficile qu’il n’y parait lorsqu’il faut transporter le matériel en terrain difficile en forêt avec une météo parfois peu coopérative.

« Le tournage des émissions, c’est du gros fun, mais en même temps, c’est de la pression. Tu as besoin de gibier pour ton tournage, tu as un défi de récolte qui est là. Après une ou deux journées, quand tu n’as encore rien, la pression se fait sentir! »

Roadhunt est une création des Productions Roadfish.tv, une entreprise régionale, qui proposent désormais quatre séries destinées au plein air : Roadfish, Roadhunt, Snowride et la dernière nouveauté, Chicks and Machines.

Partager cet article