Le judoka Simon Paquet de retour à l’entraînement

Denis Hudon
Le judoka Simon Paquet de retour à l’entraînement
Simon Paquet (avec son père Joël, entraîneur au club Albatros) a repris l’entraînement après avoir subi une commotion cérébrale en mars dernier et avoir contracté la mononucléose dans la même période. (Photo : courtoisie)

Il faudra encore quelques mois, des heures d’entraînement et quelques compétitions pour que Simon Paquet puisse retrouver sa forme et son niveau d’intensité qu’on lui connaît habituellement.

Le jeune homme de 16 ans qui est membre du club Albatros à Dolbeau-Mistassini a subi une commotion cérébrale lors d’un camp d’entraînement en Allemagne, en mars dernier. Et dans la même période, la mononucléose est venue s’ajouter à sa malchance.

« J’avais des gros maux de tête en Allemagne et ça ne lâchait pas. J’ai ensuite perdu l’appétit, je manquais d’énergie, mais je ne comprenais toujours pas. C’est en passant des examens à l’hôpital à Dolbeau-Mistassini que j’ai eu mes deux diagnostics de commotion et de mononucléose. J’ai dû arrêter toute activité, scolaire et entraînement. Ça m’a pris un bon trois mois avant de m’en remettre », dit le jeune qui est prêt à reprendre l’entraînement.

Retour graduel

Il a déjà commencé d’ailleurs, depuis la fin juin. Il a recommencé graduellement, avec le gym quatre fois par semaine avec poids, puis le judo au début d’août.

Son père, Joël, est entraîneur de judo au club Albatros. « Simon est toujours plein d’énergie et il s’entraîne sans relâche. Il adore le judo. Ç’a été très difficile pour lui et pour nous la famille de le voir ainsi affaibli pendant si longtemps. Mais il est fort, passionné et persévérant. Il se remet sur pied et il veut revenir à son calibre habituel », dit son père.

De cadet à junior

À 16 ans, Simon grimpe en catégorie junior. Cela signifie qu’il combattra avec des plus vieux que lui pour la plupart (17, 18, 19 et 20 ans). Ce sera une année d’apprentissage.

« Ça va être plus difficile, c’est certain, mais c’est en affrontant les meilleurs qu’on progresse le plus. Je ne m’attends pas à des performances comme j’ai eu dans le passé, pas à ma première année junior. Mais au fil des ans, je veux être de l’élite québécoise et canadienne ».

Le premier gros défi qui l’attend est le camp d’entraînement de la rentrée, à Jonquière, les 21 et 22 septembre, le plus important camp de la province.

Puis il participera au Championnat de l’Est du Canada, les 12 et 13 octobre, à Edmundston, au Nouveau-Brunswick. Il fera face à du plus gros calibre encore.

« Ce sera un bon test pour Simon. Ces rendez-vous majeurs vont permettre de mieux l’évaluer, voir où il en est depuis qu’il a repris l’entraînement », dit Joël Paquet.

Mentionnons en terminant que Simon a passé son grade pour l’obtention de sa ceinture noire, le 18 août dernier à Montréal.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des