Le ballon rond est de retour au grand plaisir des jeunes

Denis Hudon
Le ballon rond est de retour au grand plaisir des jeunes
Les jeunes s’apprêtent à revivre une saison de soccer à peu près normale, après une année d’absence en raison de la pandémie. (Photo : courtoisie Carole Boentges)

Dolbeau-Mistassini – Que de sacrifices et de privations pendant cette pandémie. Le retour en zone jaune dans la Belle province est porteur de bonnes nouvelles, notamment pour les jeunes qui s’apprêtent à sauter sur les terrains de soccer.

C’est le cas à Dolbeau-Mistassini où des joueurs dans certaines catégories d’âges ont pu tenir quelques pratiques. Avec la canicule de la semaine dernière, certains entraînements ont dû être repoussés.

Mais la vraie saison pour l’Association de soccer mineur de Dolbeau-Mistassini (ASMDM), avec des parties, commencera le 21 juin.

Patrick Tropeano, président de l’ASMDM, avoue ressentir une fébrilité, après une trop longue absence de ce sport, en raison de la COVID-19. Surtout après une saison annulée en 2020.

« Les jeunes ont vraiment hâte de sauter sur le terrain avec des règles de déconfinement assouplies. On a au-delà de 170 jeunes d’environ 4 à 30 ans qui se sont inscrits. C’est beaucoup moins qu’avant la pandémie, mais c’est quand même bon. On a perdu environ 25 % de nos effectifs », estime Patrick Tropeano.

Les jeunes pourront donc renouer avec le soccer sur le plan local, mais aussi au régional avec des parties entre des clubs du Lac-Saint-Jean et même du Saguenay.

Pénurie d’officiels

Outre des équipes en U-4, U-5, U-6 (ligue des champions), U-7 et U-8, Dolbeau-Mistassini compte aussi des équipes U-9, U-10, U-11, U-12 et U-14 au régional. Une équipe sénior féminine (adulte) est aussi inscrite. Seuls les U-13 et U-16 ne sont pas représentés, par manque suffisant d’inscrits.

Les parties seront disputées du lundi au jeudi, en soirée, avec plus d’un matche à l’horaire. Les adultes, eux, jouent en général à partir de 20h. Les terrains sont ceux du Parc Lions, de l’école Sacré-Cœur et de la polyvalente Jean-Dolbeau.

Si la pénurie d’éducateurs (entraîneurs), mais surtout d’officiels est récurrente au soccer mineur, un phénomène observé un peu partout, la pandémie n’a rien arrangé, bien au contraire.

C’est surtout le recrutement d’arbitres qui demeure le plus problématique. L’ASMDM manque cruellement d’arbitres plus âgés. Ils sont seulement cinq à ce jour et selon Patrick Tropeano, il en faudrait dix à douze et idéalement une quinzaine. La tâche est lourde sur les épaules des quelques officiels en fonction.

« Le principal problème, c’est qu’on perd souvent nos arbitres de 16-17 ans au bout d’un ou deux ans. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires