Jérémy Fortin regarde toutes ses options

Par Denis Hudon
Jérémy Fortin regarde toutes ses options
Jérémy Fortin a marqué 9 buts en saison régulière, en plus de récolter 17 aides, pour un total de 26 points. (Photo : courtoisie Photos André)

Jérémy Fortin a vraiment apprécié son séjour de deux ans dans l’uniforme des Saguenéens de Chicoutimi, mais doit maintenant regarder les options qui s’offriront à lui pour la suite des événements.
Une chose est déjà acquise pour le moment. Le Dolmissois veut poursuivre sa formation dans le hockey élite. Il aura 20 ans le 9 juillet. Il a joué son dernier match dans l’uniforme des Sag’s lors de l’élimination de son équipe face à l’Océanic de Rimouski.
« J’aimerais bien continuer dans le hockey junior majeur. Il y aura le repêchage en juin et il se fait toujours beaucoup d’échanges. Je vais surveiller ça de près. Mon plan B serait de jouer au hockey universitaire. Pour le moment, je termine sous peu ma formation au Cégep de Chicoutimi », indique celui qui portait le chandail no 27.
L’ailier gauche de 6 pieds et 187 livres gardera de très bons souvenirs de son expérience avec les Sag’s.
« J’ai eu le privilège de jouer avec une grande organisation et des coéquipiers extraordinaires. C’a été pour moi un privilège et de vivre le calibre de la Ligue de hockey junior majeur du Québec a été pour moi très formateur. Je suis aujourd’hui un meilleur joueur et une meilleure personne. C’est beaucoup de sacrifices, mais c’est aussi beaucoup de moments exceptionnels. Je me suis grandement amélioré avec les Sag’s et mon entraîneur m’a fait confiance, il m’a accordé du temps de glace. »
Une série excitante
Celui qui a amassé 26 points en saison a accepté de revenir sur la série contre Rimouski.
« Nous avons perdu en quatre matchs, mais ça s’est toujours terminé par la différence d’un seul but, sauf le dernier duel qu’on a perdu 6-3. On a perdu deux fois en prolongation contre une grosse équipe ».
Un de ces matchs-là a nécessité quatre périodes de prolongation avant de pouvoir déterminer le vainqueur. C’est l’équivalent de jouer deux parties en une seule.
« C’était vraiment excitant. On avait l’impression que ça ne finirait jamais. On ne ressent pas la fatigue sur le moment, sauf peut-être à la fin. C’est quand on vient vous porter du lunch entre les périodes qu’on se rend bien compte que c’est vraiment une très longue partie. Je n’avais jamais vu ça. On mangeait des dattes, des bonbons pour reprendre de l’énergie », raconte Jérémy Fortin.
Il croit que ce qui a fait la différence dans cette série et qu’ils ont perdu, c’est l’indiscipline.
« On a cumulé trop de pénalités et contre une équipe de la qualité de Rimouski, ça pardonne rarement ».
 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des