Évadés d’Orsainville : des conditions de détention plus sévères

Évadés d’Orsainville : des conditions de détention plus sévères

PRISON. La cour a renforci les conditions de détention des trois prisonniers qui se sont évadés de la prison d’Orsainville il y a deux semaines.

Serge Pomerleau, Denis Lefebvre et Yves Denis, retrouvés dimanche, ont comparu hier au palais de justice de Québec. De nouvelles accusations de bris de prison et d’évasion étaient portées contre eux.

Le juge Louis Dionne a annulé les deux décisions qu’il avait lui-même rendues en mars dernier. Les trois individus ne pourront plus accéder à la cour extérieure de la prison. De plus, M. Pomerleau ne pourra plus utiliser l’ordinateur qui lui était prêté afin de préparer sa défense.

Durant leur comparution, les trois détenus étaient détendus et souriants dans le box des accusés. M. Pomerleau a même souri lorsque les avocats de la Couronne se sont opposés à leur remise en liberté.

Les accusés n’étaient pas représentés par un avocat. Les propos que les trois hommes ont tenus devant le tribunal ne peuvent être dévoilés à cause d’une ordonnance de non-publication.

Rappelons que MM. Pomerleau, Lefebvre et Denis ont été arrêtés en 2010 dans le cadre de l’opération Écrevisse qui avait permis de démanteler un large réseau de stupéfiants.

Leur procès dans ce dossier est actuellement en cours depuis avril dernier. Les trois hommes doivent également suivre un procès pour meurtres prémédités dès janvier 2015 à Montréal.

Rappelons que les trois prisonniers se sont évadés à bord d’un hélicoptère le 7 juin dernier. La SQ n’exclut pas que des complices puissent être arrêtés dans les prochains jours.

TC Media

Partager cet article