« Ce que j'ai vu, ça ne se décrit pas» – Simon Lavoie.

« Ce que j'ai vu, ça ne se décrit pas» – Simon Lavoie.
Les décombres de la Résidence Le Havre de L'Isle-Verte

Pompier depuis deux ans à la caserne de L’Isle-Verte, Simon Lavoie,a été l’un des premiers à arriver sur les lieux de l’incendie, qui a ravagé la Résidence du Havre.

« Ce que j’ai vu cette nuit, ça ne se décrit pas. Dès que je suis arrivé sur les lieux, j’ai vu les flammes qui sortaient des fenêtres, des murs et par le toit», confie-t-il, ému.

L’appel est entré au poste des sapeurs-pompiers à 0 h 22 dans la nuit de mercredi à jeudi. «Nous sommes arrivés en 8 ou 10 minutes. C’était un embrasement total. À notre arrivée, il était trop tard», déplore Yvan Charron, directeur du service incendie de L’Isle-Verte. Plusieurs heures plus tard, les ruines de la Résidence du Havre fumaient encore.

Plus de 60 pompiers, provenant de six municipalités, ont été déployés sur les lieux. Ces derniers ont réussi à pénétrer dans la partie encore debout.

Le feu était d’une rare violence. «Je n’avais jamais vu un feu de cette ampleur, explique Simon Lavoie. On n’a pas pu aller plus vite. On est des pompiers, on voulait sauver tout le monde. Et puis,….On n’a rien pu faire, on a fait notre maximum», raconte celui qui connaît des personnes qui vivaient dans cette résidence de personnes âgées.

Alors que la nuit tombe sur la commune, des petites flammes sortent encore du brasier.

Partager cet article