Le Cégep de St-Félicien, c’est… Un lieu de recherche et d’innovation en émergence

Chronique
Le Cégep de St-Félicien, c’est… Un lieu de recherche et d’innovation en émergence
Annie Ménard, biologiste et enseignante en Techniques du milieu naturel, dans le cadre d’un projet de revalorisation de la Petite rivière Eusèbe visant la caractérisation des populations de salmonidés (omble de fontaine et ouananiche) et du potentiel de reproduction dans la rivière. (Photo : Courtoisie.)

Saviez-vous que la réalisation d’activités de recherche et d’innovation s’inscrit aussi dans la mission des cégeps, tout comme les universités? Toutefois, elle se fait de manière volontaire, par le personnel enseignant et le personnel professionnel non enseignant.

Par Isabelle Brassard, conseillère à la recherche

La recherche est au cœur du plan stratégique 2018-2023 du Cégep de St-Félicien et elle est en plein développement. Évidemment, la création de son centre collégial de transfert technologique (CCTT) Écofaune boréale, en 2018, y contribue grandement. Son expertise unique dans l’industrie de la fourrure et du cuir est de plus en plus connue et rayonne auprès de collaborateurs et partenaires d’ici et d’ailleurs.

Bien que le personnel du Cégep soit appelé à collaborer aux travaux du CCTT Écofaune boréale, la recherche collégiale ne se réalise pas uniquement à l’intérieur de ce centre et peut prendre différentes formes. Certains types de recherche dominent toutefois. D’abord, la recherche appliquée, communément nommée recherche-développement (R&D), se caractérise par des objectifs pratiques de résolution de problèmes concrets. Elle se réalise en accompagnant des entreprises et des organismes de la région dans leur démarche d’innovation technologique ou sociale. Par exemple, il peut s’agir d’améliorer et de développer un produit ou un procédé, une approche ou intervention, un service, un type d’organisation afin de répondre à un besoin existant du milieu. Les résultats de ces travaux se concrétisent donc, le plus souvent, par un transfert réel des connaissances aux entreprises et aux organismes. Ensuite, la recherche pédagogique a pour but d’améliorer la qualité de la formation collégiale. Elle concerne l’amélioration des pratiques d’enseignement et d’évaluation, l’intégration des technologies, les apprentissages des étudiants et l’environnement éducatif.

Pour plusieurs enseignants et professionnels, la recherche s’inscrit dans des visées de développement professionnel ou répond à un désir de soutenir le développement local. Par exemple, pour Annie Ménard, biologiste et enseignante en Techniques du milieu naturel, la recherche est une façon de nourrir sa passion pour la faune aquatique. Les différents projets auxquels elle prend part lui permettent de maintenir et d’actualiser ses connaissances dans son domaine, de réseauter avec d’autres chercheurs et d’établir diverses collaborations afin de partager les expertises respectives. La recherche enrichit par le fait même ses pratiques et ses cours. Sur une base volontaire, les étudiants peuvent même y participer. De manière générale, leur participation aux activités de recherche peut devenir l’occasion de s’éveiller à une carrière scientifique, d’accroître un intérêt pour une discipline donnée et de maintenir leur motivation à la poursuite de leur programme d’études. Enfin, lorsque les projets ou les stages de recherche se réalisent en étroite collaboration avec des entreprises, les étudiants développent alors une meilleure connaissance du marché du travail.

Ainsi, la recherche au collégial constitue, à l’évidence, une valeur ajoutée pour l’actualisation de la mission du Cégep. Les bénéfices se font sentir autant dans la qualité de l’enseignement et l’enrichissement de l’expérience étudiante que dans le développement économique et social de notre région.

Partager cet article