Les coûts d’opération des entrepreneurs forestiers explosent

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Les coûts d’opération des entrepreneurs forestiers explosent
(Photo : archives)

Pendant que les prix du bois d’œuvre et des matériaux de construction en quincaillerie demeurent élevés, les entrepreneurs forestiers, eux, voient leurs coûts d’opération exploser. À ce rythme, ils devront faire face à des hausses dépassant allègrement les 10 % pour l’année 2022.

C’est le constat qui se dégage de l’Indice pondéré de la variation des coûts des entrepreneurs forestiers du ­Québec (IPVCEFQ) développé par l’économiste, consultant et évaluateur ­Louis ­Dupuis, qui compte une longue expérience dans le financement de machinerie forestière.

Cet indice, un peu à l’image de l’Indice des prix à la consommation (IPC), prend en compte différents facteurs spécifiques aux entrepreneurs forestiers afin d’évaluer l’évolution de leurs coûts d’opération. Produits pétroliers, ­main-d’œuvre, coût de propriété de la machinerie, évolution des prix pour les inventaires des pièces de remplacement, tout y est.

Et le constat est clair : les coûts pour exploiter une entreprise de récolte forestière explosent littéralement depuis deux ans.

« ­On constate que les coûts augmentaient en moyenne d’environ 2 % par année de 2011 jusqu’à 2020. En 2021, la hausse a été de 7,56 % et en 2022, je prévoyais une augmentation de 10,41 % avec mon indice, mais c’est déjà en voie d’être dépassé. C’est vraiment intenable », explique ­Louis ­Dupuis.

Pas que le diesel

L’observateur moyen pourrait être porté à penser que le prix très élevé du carburant diesel constitue la cause principale de cette hausse, mais ce n’est qu’une composante parmi d’autres.

« ­Les produits pétroliers, que ce soit le carburant diesel, les lubrifiants ou les huiles hydrauliques, sont liés à un marché mondial qui est affecté par différents facteurs. Les prix sont effectivement très élevés, mais même si on ne tient pas compte du diesel, on parle pour 2022 d’une hausse des coûts de plus de 7 % pour les entrepreneurs forestiers. »

Il en coûte plus cher que jamais pour acquérir un transporteur et une abatteuse multifonctionnelle, soit une somme qui avoisine les 1,5 M $. À cela, il faut ajouter quelques camionnettes, un camion de service, les assurances, le financement, des inventaires de pièces, etc.

D’ailleurs, ­Louis ­Dupuis souligne que la valeur des pièces de rechange a connu une augmentation très importante depuis 2021 alors que la rupture des chaînes d’approvisionnement crée une rareté.

Et la ­main-d’œuvre demeure le plus important poste de dépenses dans un contexte où les opérateurs d’expérience sont une denrée rare que les entrepreneurs s’arrachent.

Les coûts d’opération des entrepreneurs forestiers sont en hausse d’­au-delà de 10 % pour l’année 2022. (Photo ­Trium ­Médias – archives)

L’économiste, consultant et évaluateur ­Louis ­Dupuis affirme qu’un entrepreneur forestier qui ne récolte pas à plein régime en tout temps peut difficilement trouver la rentabilité.

À lire également : « Si tu ne produis pas au bouchon, tu n’arrives pas! »

Partager cet article