Excavation Dolbeau devient Groupe Trixeco : un leader dans le recyclage du fer

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Excavation Dolbeau devient Groupe Trixeco : un leader dans le recyclage du fer
Tomy Lamontagne et Pierre-Alain Fournier font partie de la relève au sein de Groupe Trixeco. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Excavation Dolbeau s’apprête à devenir officiellement Groupe Trixeco. Et après avoir réalisé des investissements de plus de 3 M$ pour se relocaliser dans les anciennes installations d’Alba de Dolbeau-Mistassini, l’entreprise déploie une offre de recyclage de métaux beaucoup mieux intégrée.

« On est maintenant déménagé ici à 100 %, dans le milieu urbain. Notre cour de recyclage est beaucoup plus accessible et toutes nos opérations, hormis le centre de tri, peuvent maintenant se faire à partir d’un seul et même site. C’est beaucoup plus efficace », explique Tomy Lamontagne, actionnaire chez Groupe Trixeco avec Pierre-Alain Fournier ainsi que Marc et Martin Lamontagne.

Groupe Trixeco récupère les matériaux ferreux de tout sorte, qu’ils proviennent de particuliers ou d’entreprises. La nouvelle cour de recyclage a été aménagée un peu à l’image d’un écocentre, avec différentes lignes de dépôt pour chaque type de fer.

« Autrefois, nous étions situés trop loin. Maintenant, un client entre par la 7e avenue, il passe à la pesée, toutes les données sont enregistrées et nous récupérons le matériel. C’est une opération qui se fait en quelques minutes. »

100% au Québec

Groupe Trixeco achète les matériaux ferreux ainsi déposés à un prix qui varie en fonction du marché, un tarif qui oscille quelque part entre 85 et 180 $ la tonne. Une pointe à 330 $ la tonne a même été atteinte en avril.

« Nous traitons directement avec la fonderie ArcelorMittal de Contrecoeur, sans intermédiaire, ce qui nous permet d’offrir un meilleur prix. Tous les matériaux ferreux que nous récupérons sont fondus ici au Québec. »

L’entreprise est active sur l’ensemble du territoire régional et peut se déplacer avec des conteneurs afin d’aller récupérer elle-même de plus gros volumes de fer, généralement en provenance du milieu commercial ou industriel.

En progression

Tomy Lamontagne ne cache pas que tirer son épingle du jeu dans le monde du recyclage est un travail de tous les instants. C’est toutefois un passage obligé dans l’économie d’aujourd’hui, dit-il.

« Ça fait plusieurs années qu’on y travaille, mais depuis un an, on commence vraiment à avoir tous les débouchés dont on a besoin, les marchés s’ouvrent. Tout ce qu’on arrive à récupérer et à réutiliser comme matériaux, c’est déjà ça de gagné sur le plan environnemental. »

Groupe Trixeco emploie 35 personnes. Son siège social est maintenant situé sur la 8e avenue, dans un tout nouveau bâtiment.

Partager cet article