Voyager en autonomie en moto : une logistique assez compliquée!

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Voyager en autonomie en moto : une logistique assez compliquée!
(Photo : courtoisie)

Partir ne serait-ce que pour une fin de semaine nous oblige bien souvent à remplir le coffre de l’auto. Lorsqu’il s’agit d’un voyage de sept jours en autonomie et à moto, chaque item à emporter devient un « pensez-y bien »!

« La question à se poser, c’est en as-tu vraiment besoin? Si ça te prend plus qu’une seconde pour répondre, c’est que tu n’en as probablement pas besoin et qu’il faut l’enlever de tes bagages! », lance Denis Bourgault.

Nourriture, outils, tente, vêtements de rechange, essence, pièces pour une réparation de fortune, les besoins sont nombreux et l’espace très limité. Surtout que chaque livre additionnelle de matériel vient alourdir la moto et se répercute sur la consommation d’essence.

« J’ai encore un peu trop de matériel, confiait d’ailleurs Denis Bourgault le jour précédant son départ. Ce soir, je vais tout sortir mon bagage, l’étendre sur la table et faire un autre checkup et tenter de m’alléger. »

L’espace est limité sur une moto, il faut savoir choisir son matériel.

De son côté, Marco Gilbert estimait avoir encore un peu de jeu, lui qui n’a pas besoin de trainer autant d’essence en réserve que son compagnon de route. Et très important, la canne à pêche figure à la liste, question de taquiner un peu le poisson et peut-être se faire quelques filets de truite en chemin si possible.

Malgré la part d’imprévu que comporte le voyage, les deux grands amateurs de moto ne s’en font pas outre mesure. Ils prévoient prendre leur temps, faire une bonne pause tous les 100 km et surtout profiter pleinement des paysages forestiers.

« En moto, on a déjà fait de bonne <@Ri>ride<@$p>, mais ce sera la première fois qu’on se test avec du camping. Si ça fonctionne bien, on a déjà une autre idée en tête pour l’an prochain. C’est une aventure pour le plaisir et ça fait assez longtemps qu’on y pense! », de conclure Marco Gilbert.

Partager cet article