Une première année d’apprentissage pour le maire André Guy

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Une première année d’apprentissage pour le maire André Guy
Le maire André Guy estime que sa première année à la tête du conseil municipal en est une d’apprentissage et de transition. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Un peu plus d’un an après son élection par acclamation, le maire de Dolbeau-Mistassini, André Guy, se dit à l’aise dans ses fonctions. Un nouveau travail pour lequel un apprentissage a été nécessaire, affirme-t-il.

Même s’il avait une longue expérience de la fiscalité municipale et des lois et normes qui l’encadrent à titre de comptable associé chez Malette, André Guy ne cache pas que l’univers municipal offre son lot de dépaysement.

« Ce fut une année d’apprentissage, car la gestion municipale est une tout autre école, je dois le dire. J’étais familier avec les chiffres, les budgets et les règlements comptables, mais il y a toute une base règlementaire qui fait que c’est très différent du privé », lance le maire d’entrée de jeu.

Et la gestion municipale exige une bonne dose de patience, laisse tomber André Guy. La reddition de compte et la nécessité de suivre tout un processus fortement encadré et réglementé font que les décisions n’aboutissent pas aussi rapidement qu’on le souhaiterait.

« Au début, c’est un peu un choc. Dans le privé, on prend une décision et le lendemain on la met en pratique. Dans le milieu municipal, si ça avance à vitesse grand V, on parle de 4 à 6 semaines. Ça demande de l’adaptation, mais j’ai acquis de la confiance, je suis dans un rôle que j’aime et dans lequel je souhaite être efficace pour nos citoyens. »

Transition

Le maire affirme que la dernière année en a été une de transition au cours de laquelle il fallait finaliser différents dossiers qui proviennent des décisions de la précédente administration.

« On a débuté la mise en place de notre plan pour les parcs et espaces verts et on déposera bientôt notre plan de développement de communauté nourricière. Du côté de l’habitation, on a travaillé à contrer le manque de logements en développant la nouvelle rue des Franciscaines. On a aussi lancé le processus pour l’implantation du traitement des eaux usées sur le Plateau St-Louis. Il y a plusieurs dossiers comme ça qu’il fallait finaliser. »

Direction générale

La Ville de Dolbeau-Mistassini a dû composer avec le départ de son directeur général des 15 dernières années, Frédéric Lemieux, qui a décidé de poursuivre sa carrière à Alma.

« C’est une position névralgique, mais ce changement nous donne l’opportunité de revoir certaines façons de faire au sein de l’administration municipale. Nous aborderons le processus budgétaire différemment cette année. »

Partager cet article