Une nouvelle aide accordée au Centre civique de Dolbeau-Mistassini

Une nouvelle aide accordée au Centre civique de Dolbeau-Mistassini
Centre civique de Dolbeau-Mistassini

FINANCES. La situation financière du Centre civique de Dolbeau-Mistassini représente une préoccupation des membres du conseil de ville alors que l’on se doit d’apporter une autre aide financière en quelques mois pour que l’organisme puisse répondre à ses obligations.

Le conseil de ville a ainsi consenti une aide de 15 000 $ à l’organisme de gestion du Centre civique, une aide financière qui leur permet de payer une avance à Hydro-Québec pour la consommation d’électricité pour les trois prochains mois.

Le conseiller Rémi Rousseau explique que l’organisme est actuellement en manque de liquidité ce qui fait en sorte qu’il se retrouve dans l’impossibilité de payer cette avance. Le Centre civique se retrouve devant cette situation puisque la dernière année a été particulièrement exigeante en terme de dépenses en électricité et que l’on a dû retarder le paiement des factures.

Rappelons qu’en juin dernier, la ville acceptait de verser une subvention de 35 000 $ pour permettre au Centre civique de boucler l’année financière. Le conseiller Rémi Rousseau précise que l’organisme a mis en place un plan de compression des dépenses, mais que des rencontres entre la direction du centre et les employés de ville devront se faire au cours de l’automne afin de rechercher des solutions permanentes en vue de retrouver la rentabilité.

Le Centre civique tiendra en septembre son assemblée générale afin de faire état de la situation devant les membres.

Pointe Racine

Les élus de Dolbeau-Mistassini ont entériné le don de cinq chalets situés sur le site de Pointe-Racine, afin qu’ils soient déménagés et éventuellement démolis. Il s’agit de cinq petits chalets qui sont dans un état de délabrement avancé et qui doivent être démolis, puisque non salubres. « Nous avons offert ces chalets l’an dernier par voie d’offres publiques et nous n’avons reçu aucune offre », a indiqué la conseillère Claire Néron.

Partager cet article