Télé du Haut-du-Lac : les productions locales au cœur de son succès

Denis Hudon
Télé du Haut-du-Lac : les productions locales au cœur de son succès
La Télé du Haut-du-Lac a dû relever de grands défis avec la pandémie, mais elle garde toujours le cap sur les productions locales. (Photo : courtoisie)

La Télé du Haut-du-Lac a dû faire face pour une deuxième années aux nombreux défis imposés par la pandémie. Malgré les obstacles, la télévision communautaire de Dolbeau-Mistassini a connu une année 2021 au-delà des espérances en maintenant le cap sur les productions locales.

« Deux années de pandémie, c’est beaucoup de défis pour une télévision communautaire, mais on a gardé le cap sur nos productions », lance le président Christian Laprise, réélu lors de la récente assemblée générale de l’organisme.

La Télé du Haut-du-Lac a permis à 129 organismes de faire connaître leurs projets et services via ses ondes au cours de la dernière année, huit de plus qu’un an plus tôt.

Plus d’émissions produites (303 contre 272), plus d’heures de production (181,5 contre 169,5) et hausse aussi de la moyenne de production hebdomadaire, de 7,1 à 7,6. Tout ça avec moins de bénévoles (de 93 à 70) et moins d’heures de bénévolat (1 608 contre 2 783).

« On n’a pas baissé la cadence ni nos standards de qualité de productions et de nos contrats. L’équipe s’est facilement adaptée aux mesures sanitaires. Même avec la pandémie, on a continué à se déplacer, mais c’est vrai aussi qu’on a fait beaucoup appel à la plateforme Zoom », explique Christian Laprise.

Visibilité et présence active

Des changements ont été apportés ces dernières années, dont le changement de nom, mais aussi d’image.

« Les gens s’approprient de plus en plus la Télé du Haut-du-Lac. La pandémie a en quelque sorte resserré les liens dans la communauté. La population a continué à faire appel à nos services, même si ce n’était pas toujours simple avec la COVID-19 », poursuit le président.

Pour la présente année, l’organisme veut offrir la même qualité de prestation de services à son milieu.

La situation financière de l’organisme est stable alors qu’elle atteint généralement l’équilibre budgétaire ou enregistre de légers surplus. Le conseil d’administration a adopté des prévisions budgétaires pour l’année en cours de 228 000 $.

« Le bâtiment qui abrite nos installations nous appartient maintenant. Il y a la toiture à refaire, c’est à peu près tout. On aimerait bien aussi ajouter de nouveaux décors et développer d’autres projets. Notre objectif est la visibilité et une présence forte dans le milieu », conclut Christian Laprise.

Partager cet article