Saga des Promenades du boulevard : Denis Trottier se souvient d’une lutte très éprouvante

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Saga des Promenades du boulevard : Denis Trottier se souvient d’une lutte très éprouvante
Denis Trottier

Acteur de premier plan du comité qui était contre le projet de couvrir le boulevard Wallberg pour en faire un centre d’achat, Denis Trottier se souvient de cette époque comme l’une des plus dures qu’il a vécues du point de vue politique et personnel.
« C’est une affaire qui m’a rendu malade. Je n’étais pas capable de m’en détacher et j’ai réalisé que même si tu te couches le soir en pensant à tes problèmes, ils ne se règleront pas pendant la nuit. Ce fut une bonne leçon de vie », raconte celui qui était à l’époque échevin au conseil municipal de Dolbeau.
Les discussions autour du projet ont débuté autour de 1985 et, en incluant les procédures juridiques qui ont suivi, cette histoire aura perduré pendant une dizaine d’années. À l’époque, Denis Trottier et Bruno Pelchat avaient été élus au conseil municipal en s’opposant à la fermeture du boulevard, projet mis de l’avant par l’administration du maire Henri-Paul Brassard.
« Ce fut une lutte très dure et très éprouvante pour toutes sortes de raisons. Il y a eu plusieurs procédures qui, à mon sens, étaient antidémocratiques. Ce fut l’un des plus gros combats qui ont été faits au niveau municipal au Québec. »
Absence de consultation
Trente ans plus tard, Denis Trottier affirme être parvenu à tourner la page sur cette période. Il maintient cependant que tous les indicateurs de l’époque démontraient que la population était contre le projet, mais elle n’a jamais été consultée formellement.
« C’est une page d’histoire assez triste, car on l’a fait contre l’avis de la population. Je demeure convaincu que ce sont les citoyens qui auraient dû avoir le dernier mot. »
Preuve que le débat faisait rage et mobilisait la population, les réunions du conseil étaient pleines à craquer.
« C’était full au bouchon pendant les assemblées du conseil et il y a même un soir de finale de la Coupe Stanley où, à la Brasserie Chez Noël, ce n’est pas le hockey que l’on regardait, mais la séance du conseil de ville à la télévision locale. »
Bon ou non?
Qu’en pense-t-il aujourd’hui? Le centre d’achat n’aurait-il jamais dû être construit?
« Il faut se rappeler que l’objectif premier était de conserver les commerces locaux. Ça en a surement consolidé quelques-uns, mais on voit que la plupart des commerces d’aujourd’hui sont des chaînes. Est-ce que ce fut la bonne chose ou pas? Difficile de juger de ce qui ne s’est pas produit. Comme dans toute chose, il y a du bon et du moins bon. »

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
TrottierJacquelin JuneauDenis Tremblay Auteurs de commentaires récents
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Denis Tremblay
Invité
Denis Tremblay

Dolbeau a PERDU son magnifique boulevard Walberg et ses lumieres de Noel aux lampadaires, mais surtout perdu son AME, suite a la décision antidémocratique du maire Brassard, une telle erreur ne pourrait plus se produire de nos jours, meilleure solution : 2 pelles mécaniques et 2 semaines de travail et le toit serait ré-ouvert….et Dolbeau reviendrait la plus belle Ville du haut du LAC avec son boulevard…..allez…..c’est quand qu’on commence la démolition …..j’ai hate et je vous offre mes services gratuits de manoeuvre….

Jacquelin Juneau
Invité
Jacquelin Juneau

M. Trottier a raison d’affirmer que le débat a été très animé, mais quant à l’acceptabilité du projet, je crois que c’était très divisé, particulièrement dû à toutes les faussetés qui étaient véhiculées de la part des leaders contre le projet. À titre d’exemple, on faisait croire que le coût du projet ferait augmenter les taxes parce que c’est la ville qui paierait le projet. Quand je regarde l’actualité présentement, qui prend une bonne partie de la scène médiatique: les porteurs d’épouvantailles qui font peur et qui présentent le projet de loi comme une horreur pour le Québec. Je revoie… Read more »

Trottier
Invité
Trottier

Il y a eu plusieurs consultations, par la fabrique, le comité de citoyens qui a organisé un référendum avec un directeur des élections indépendant, plus une élection référendaire basée uniquement sur ce sujet, dans laquelle Bruno et moi avons été réélus.
C’est le conseil municipal dirigé par le maire qui n’a pas voulu les reconnaître et ce, malgré le fait que le maire avait promis une consultation et qu’il respecterait la volonté de la population.