Plomb dans l’eau : Dolbeau-Mistassini prend les devants

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Plomb dans l’eau : Dolbeau-Mistassini prend les devants
(Photo : Pixabay)

La Ville de Dolbeau-Mistassini a décidé d’être proactive et de devancer de quelques mois les analyses pour s’assurer qu’il n’y a pas présence de plomb dans l’eau.

Dolbeau-Mistassini apparaît en effet à la liste des municipalités qui ont transmis au moins un résultat de plomb hors norme entre 2013 et 2018. Selon l’administration municipale, il s’agirait cependant d’une erreur.

« Nous figurons au palmarès des villes où il y a présence de plomb dans l’eau, mais c’est en raison d’une erreur d’échantillonnage. Même s’il y a eu erreur, ça demeure dans les données du ministère », a indiqué le directeur général de la Ville de Dolbeau-Mistassini, Frédéric Lemieux.

Comme il y a eu des changements dans les méthodes de prise d’échantillons depuis, la Ville a pris la décision de faire de nouvelles analyses dès maintenant.

« Nous avons devancé les analyses que nous aurions normalement dû faire en mai. Cela nous permettra de déceler s’il y a présence de plomb dans l’eau. Jusqu’à présent, ce n’était pas le cas, mais on souhaite être proactif. »

De cette façon, advenant un résultat de présence de plomb hors norme, l’administration municipale sera positionnée pour agir plus rapidement.

« S’il y a des interventions à faire, nous pourrons les inscrire dès maintenant au processus budgétaire qui est en cours de préparation. »

Communication de masse

Par ailleurs, la Ville de Dolbeau-Mistassini a fait l’acquisition d’un système de communication de masse qui lui permettra de rejoindre rapidement et efficacement un nombre important de citoyens lors d’un événement d’importance.

Le logiciel en question s’inscrit dans la planification en matière de sécurité civile gérée par le Service de sécurité incendie de Dolbeau-Mistassini et pourra également servir pour d’autres localités de la MRC. Une subvention de 16 000 $ avait été octroyée par Québec pour son acquisition, dont le coût total est de 25 000 $.

« Ce ne sera que pour des questions d’importance, comme un problème de santé publique par exemple. On n’utilisera pas ce système pour publiciser des événements ou autre », a souligné le maire, Pascal Cloutier.

Le logiciel pourra rejoindre, de façon instantanée, les citoyens pour leur transmettre un message via texto, courriel ou encore par un message préenregistré par téléphone.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des