Petit train va loin

Serge Tremblay
Petit train va loin
La Corporation de développement économique du secteur GÉANT a permis de soutenir 23 entreprises depuis sa création, en 2016. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Il y a de ces petites initiatives qui passent un peu inaperçues malgré un impact bien tangible. La Corporation de développement économique du secteur GÉANT en fait partie, elle qui a permis d’injecter plus d’un demi-million de dollars en cinq ans dans le développement d’entreprises.

Lancée en 2016, la Corporation est née d’un partenariat entre la Caisse Desjardins des Plaines boréales et les cinq municipalités du secteur Géant.

À l’époque, la Caisse avait investi 100 000 $ dans la constitution de ce fonds et les municipalités en avaient conjointement fait de même pour mettre sur pied un fonds de 200 000$. Le fonds a par la suite été bonifié de 20% par les partenaires pour rendre 240 000 $ disponibles.

« Ce que nous faisons, ce sont des prêts sans intérêt aux entreprises avec une entente de remboursement qui débute après quatre ans. Une fois que nous avons récupéré les sommes, nous pouvons les prêter à nouveau, c’est un bel outil », mentionne Nicole Bilodeau, directrice de la Chambre de commerce et d’industrie du secteur Normandin et secrétaire au conseil d’administration de la Corporation.

Et les résultats sont probants. À ce jour, la Corporation a soutenu financièrement 23 entreprises pour des sommes totalisant plus de 500 000 $, soit 6 entreprises de Girardville, une de Saint-Edmond-les-Plaines, 3 d’Albanel, 10 de Normandin et 3 de Saint-Thomas-Didyme.

Démarrage

Au fil des ans, la Corporation a aussi contribué à la naissance de huit nouvelles entreprises sur le territoire : Labrador Productions, Garderie La Petite Fabrique, Services et Abris J. Cantin, Chez nous en haut, Bois concept Martel, Peinture industrielle JD, Malade de pêche et Coopérat-elles. Ces entreprises sont toutes en activité encore aujourd’hui.

« C’est un levier financier supplémentaire. Parfois, pour un promoteur, il ne manque qu’une petite étincelle pour que le projet puisse être lancé. C’est une aide qui est très appréciée et qui soulage le démarrage d’entreprises », souligne le président de la Corporation, Jacquelin Drapeau.

Celui-ci ajoute que le fait qu’un projet ait été analysé et ait obtenu l’assentiment d’un groupe de gens d’affaires du milieu donne également une plus-value au dossier.

« Ça permet de donner confiance au milieu financier, surtout dans les plus petits projets où il est souvent plus difficile d’aller chercher du financement. C’est un outil qui répond à un besoin et qui a reçu une très bonne réception chez nos partenaires. »

Bonne formule

Pour les municipalités, cette Corporation représente une forme de prise en main par le milieu de son développement économique. Une recette qui a démontré son succès, selon le maire de Normandin, Mario Fortin.

« La Corporation est un projet vraiment intéressant qui répond à un besoin dans le milieu. Du point de vue financier, nous avons des leviers vraiment très intéressants pour aider nos entrepreneurs. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires