Les recherches sur le caribou forestier débuteront au printemps

Les recherches sur le caribou forestier débuteront au printemps
Martin-Hugues St-Laurent

FAUNE. Les recherches menées par Martin-Hugues St-Laurent sur le caribou forestier débuteront au printemps 2016. Ces travaux permettront de déterminer le type de coupe forestière qui permet au caribou forestier d’assurer sa survie alimentaire.

Ces recherches devraient s’étendre sur plus d’une année et la base d’hébergement du cheptel de caribous forestiers qui servira à l’expérimentation, sera située au Zoo Sauvage de Saint-Félicien.

Martin-Hugues St-Laurent précise que cette expérimentation s’inscrit dans un vaste programme de recherches entrepris il y a déjà quelques années dans les territoires situés dans l’Ouest canadien.

Elles consistent à mettre dans divers environnements naturels et/ou aménagés des spécimens de caribous forestiers, afin de voir comment ils s’adaptent à ses milieux et en particulier comment la disponibilité de ressources alimentaires affecte leur survie.

Martin-Hugues Saint-Laurent souligne que l’on veut connaître comment le manque de ressources alimentaires peut avoir des répercussions sur l’alimentation des femelles et conséquemment sur leur potentiel de gestation.

Solutions

Les chercheurs veulent ainsi connaître quel type de coupe affecte le moins la survie de l’espèce. « Nous effectuons ces recherches pour voir comment le caribou forestier peut subsister dans un environnement où on a effectué des coupes forestières », commente Martin Hugues St-Laurent.

Pour le scientifique, la recherche s’inscrit dans l’optique de trouver des solutions pour concilier développement économique et la préservation du caribou forestier. « La teneur de nos recherches s’inscrit véritablement dans un mode solution et non de recherche de coupables », déclare M. St-Laurent.

Le scientifique rappelle que les recherches entourant le caribou forestier serviront l’industrie forestière tout en sauvegardant la biodiversité, le tout en s’appuyant sur une démarche scientifique éclairée.

« Les résultats de ces recherches permettront d’orienter nos actions efficacement pour atteindre l’objectif de la cohabitation humaine, économique et la biodiversité en forêt boréale », a conclu Martin Hugues St-Laurent.

Partager cet article