Les municipalités du secteur GÉANT font équipe pour l’eau potable et les eaux usées

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Les municipalités du secteur GÉANT font équipe pour l’eau potable et les eaux usées
Le secteur GÉANT regroupe Girardville, Saint-Edmond-Les-Plaines, Albanel, Normandin et Saint-Thomas-Didyme, cinq municipalités qui, de par leur taille, ont avantage à travailler ensemble. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Les municipalités du secteur GÉANT (Girardville, Saint-Edmond-les-Plaines, Albanel, Normandin et Saint-Thomas-Didyme) veulent se regrouper pour se partager le personnel technique pour l’eau potable et les eaux usées.

Le secteur GÉANT collabore déjà depuis plusieurs années via sa Régie intermunicipale de sécurité incendie. Le plan en place sera d’élargir le mandat de la Régie afin qu’elle puisse fournir le personnel pour l’eau potable et les eaux usées.

« Les fusions municipales n’ont jamais été au cœur de nos discussions, je pense que personne d’entre nous n’en est là et je ne vois pas d’économie dans une fusion du secteur GÉANT. Par contre, le partage de services est une avenue de développement où tout le monde trouve son compte », mentionne le maire de Normandin, Mario Fortin.

Main-d’oeuvre

Dans le contexte actuel de rareté de main-d’œuvre, les municipalités s’arrachent les techniciens en eau potable et en eau usée à l’échelle du Québec. Il est donc très difficile en région éloignée de tirer son épingle du jeu sans offrir des conditions de travail compétitives.

Pour une petite municipalité qui n’aurait besoin que d’un employé à temps partiel, c’est peine perdue. Un service regroupé permettra de pallier ce problème, tout en offrant davantage de flexibilité.

« Le principal défi, c’est la main-d’œuvre. Nous avons besoin de trois techniciens en eau potable et usée à temps plein pour couvrir le territoire. En nous regroupant, nous pourrons offrir des postes attrayants à temps plein et aussi proposer un défi professionnel stimulant puisque ce sera intéressant de pouvoir travailler dans différentes municipalités. »

« Girardville et Normandin, nous travaillions déjà ensemble pour l’eau. Nous avions réussi à trouver deux techniciens et là, nous n’en avons plus. C’est dire à quel point c’est difficile. Avec la Régie, on peut espérer se former des gens localement et être attractif », renchérit Michel Perreault, maire de Girardville et président de la Régie.

Par ailleurs, il deviendra plus simple de gérer les horaires et d’assurer un remplacement rapide en cas de maladie ou autres contraintes. Les employés déjà en place dans les municipalités conserveraient naturellement leurs postes au sein de la nouvelle organisation.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des