L’agriculture toujours source de développement

L’agriculture toujours source de développement
Étienne Barrette

ÉCONOMIE. Alors que la morosité économique continue de frapper la MRC de plein fouet, il y a place à trouver des avenues de croissance grâce à l’agriculture. C’est le message que souhaite porter l’UPA Maria-Chapdelaine.

« [Il faut] rappeler, d’abord, l’importance de la place de l’agriculture, ensuite, la croissance qu’elle a connue au cours des dernières années et, finalement, présenter différentes pistes de développement émergentes et porteuses d’avenir. Des opportunités d’affaires en agriculture dans la MRC de Maria-Chapdelaine, il y en a! », lance le président de l’UPA Maria-Chapdelaine, Étienne Barrette.

Ce dernier souligne en effet qu’alors que le secteur forestier continue de battre de l’aile, la MRC de Maria-Chapdelaine parvient à se positionner avantageusement dans le secteur agricole. Avec 60M$ de revenus découlant de ce secteur d’activité, la MRC se place au second rang dans la région, derrière Lac-Saint-Jean-Est.

Portrait de la MRC

Maria-Chapdelaine compte quelque 300 entreprises agricoles qui génèrent des revenus de l’ordre de 60M$. Annuellement, chaque entreprise investit en moyenne 40 000$ dans la MRC, pour un total de 12M$.

À l’échelle québécoise, le territoire de Maria-Chapdelaine se classe au premier rang en termes de tonnage de bleuets congelés, en plus de posséder 50% des superficies de culture du bleuet sauvage au Québec. Localement, les petits fruits représentent la 2e production ne importance, derrière le lait.

La nordicité de la MRC joue également en sa faveur pour la culture de la pomme de terre de semence, en raison des risques significativement inférieurs de maladies et de contaminations interterritoriales.

Enfin, les dernières années ont vu l’émergence de plusieurs entreprises de transformation dans le domaine de l’agroalimentaire, plus particulièrement avec les petits fruits.

Pour Étienne Barrette, ce portrait démontre qu’il y a lieu de tabler sur l’agriculture pour développer l’économie locale. « Le secteur agricole est en croissance, il est créateur d’emplois et il offre des potentiels exceptionnels de développement », conclut-il.

Partager cet article