La qualité plutôt que la quantité pour la maraîchère

Photo de dhudon
Par dhudon
La qualité plutôt que la quantité pour la maraîchère
(Photo : Trium Médias - Denis Hudon)

Un petit vent de retour à la terre souffle depuis quelques années. Les habitudes des consommateurs changent et s’accélèrent depuis la pandémie. Alors que la santé passe par une saine alimentation et de bonnes habitudes de vie, le Potager de Valérie s’inscrit dans cette mouvance.

« Je remarque ces dernières années qu’il y a de plus en plus de familles qui s’installent en milieu rural. On voit aussi de nouveaux arrivants de tous âges. Les gens se rapprochent de la nature. Il y a une conscientisation collective aux bienfaits de vivre en campagne », lance Renaud Bergeron, conjoint de Valérie Bouchard du Potager de Valérie.

Dans cet optique, la maraîchère propose un échange d’immersion agricole où les touristes de passage peuvent vivre une expérience de la terre.

« J’offre le gîte et les repas gratuitement, en échange d’une aide et d’une participation aux tâches et travaux du potager. Quelqu’un qui veut vivre l’immersion à la ferme peut même y installer sa tente ».

La petite entreprise compte également sur des collaborateurs qui, en échange de quelques heures d’aide par semaine, accumulent des crédits pour leurs futurs achats de légumes.

Points de vente

La maraîchère cultive une grande variété de légumes qu’elle vend localement.

Un kiosque libre-service est ouvert 24h sur 24 sur place, en bordure de la rue Principale à Saint-Augustin, et un autre sur la route régionale, à Péribonka (kiosque de Patates Lac-Saint-Jean), non loin de l’ancien Musée Louis-Hémon.

C’est sans compter les points de service qu’on retrouve chez les marchands partenaires, dont des dépanneurs et épiceries à Sainte-Jeanne-d’Arc, Saint-Ludger-de-Milot, Sainte-Monique et Saint-Augustin.

« Même si on est encore peu connu, de plus en plus de gens achètent mes produits et sont contents de pouvoir acheter des légumes frais cultivés ici », dit Valérie Bouchard.

Pour le Potager de Valérie, il s’agit somme toute d’une petite production annuelle.

Les produits vendus représentent l’équivalent approximatif, d’une quantité de légumes pour nourrir une dizaine de familles pendant toute une saison.

Pour les gens désireux de découvrir ce potager, il y aura une visite ouverte au public et aux familles ainsi que de l’autocueillette de légumes et de bleuets, les 27 et 28 août, de 10h à 16h.

 

Partager cet article