Do-Mi-Ski : « Un nouveau chalet, c’est un incontournable »

Serge Tremblay, journaliste de l'initiative de journalisme local
Do-Mi-Ski : « Un nouveau chalet, c’est un incontournable »
Do-Mi-Ski (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

La poursuite du développement du Centre plein-air Do-Mi-Ski passe inévitablement par la construction d’un nouveau chalet, estime Tourisme Dolbeau-Mistassini, qui agit à titre de nouveau gestionnaire de l’infrastructure.

« Notre vision passe par un nouveau chalet, c’est un incontournable et il faut réunir les conditions nécessaires pour que ce soit possible. Ce chalet doit simplement convenir à la réalité et aux besoins réels du centre, quelque chose de bien qui ne soit pas exagéré », résume Jeannot Tremblay, directeur général de Tourisme Dolbeau-Mistassini.

Ces dernières années, le Centre plein-air Do-Mi-Ski a progressé sur de nombreux plans. Les sentiers de vélo de montagne ont été grandement améliorés, l’affichage en sentiers a été revu et le domaine skiable dispose d’un tout nouvel éclairage.

Seul le chalet, un bâtiment désuet et vieillissant, constitue une ombre au tableau. La Ville de Dolbeau-Mistassini a élaboré un projet d’environ 3 M$ pour le remplacer, mais des programmes de financement devront être rendus disponibles pour aller de l’avant.

« Les plans sont prêts et le projet a été soumis aux instances gouvernementales. Dès qu’un programme de financement sera disponible, on sera prêt à déposer. On suit ça de près », précise d’ailleurs le maire, Pascal Cloutier.

Pandémie

Tourisme Dolbeau-Mistassini réservera un siège sur son propre conseil d’administration à un représentant de Do-Mi-Ski afin de maintenir les communications ouvertes et de favoriser la discussion.

Ce premier hiver sous la gouverne de Tourisme Dolbeau-Mistassini se déroulera malheureusement avec le spectre de la pandémie qui plane, mais on s’attend à pouvoir opérer de façon adéquate dans les circonstances.

« Notre gros dossier pour cet hiver, c’est de conserver notre centre ouvert malgré la COVID. On a beaucoup de jeunes qui fréquentent l’endroit et il faudra les enregistrer. On va aussi instaurer le billet virtuel pour limiter les contacts. C’est difficile, mais on a réussi cet été à bien composer avec la situation avec des mesures sécuritaires dans nos campings. C’est ce que l’on fera avec Do-Mi-Ski cet hiver. »

Partager cet article