D’autres tensions dans l’industrie du bleuet; l’ancien président Daniel Gobeil suspendu

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
D’autres tensions dans l’industrie du bleuet; l’ancien président Daniel Gobeil suspendu

Le nouveau conseil d’administration est tout juste élu que déjà des tensions font surface au Syndicat des producteurs de bleuets du Québec (SPBQ). Assez pour que l’ancien président, Daniel Gobeil, voie son statut de membre être suspendu.

Dans un communiqué émis en début d’après-midi, le SPBQ explique avoir pris la décision de suspendre le statut de membre de Daniel Gobeil, tel que permis par le règlement, après que ce dernier ait contesté et discrédité les résultats du vote de la dernière assemblée générale. Toujours selon le Syndicat, M. Gobeil aurait insinué faussement que de nouveaux administrateurs sont en conflit d’intérêts et qu’il était victime d’un règlement de compte.

Dès les jours suivant la dernière assemblée générale, Daniel Gobeil avait pour sa part affirmé avoir été la cible d’une campagne de salissage, notamment sur les réseaux sociaux. Il soulignait avoir récolté plus de 150 pages de commentaires le ciblant.

Il est de notoriété publique que les relations étaient très tendues entre les transformateurs et le Syndicat pendant la présidence de Daniel Gobeil, qui estimait que les producteurs de bleuets n’obtenaient pas le juste prix pour leur produit. Avant son élection à la présidence, M. Gobeil avait d’ailleurs fait l’objet d’une poursuite en diffamation qui avait toutefois été abandonnée avant d’être menée à terme.

Signe que l’on veut, sinon faire table rase, au moins changer certaines choses, le nouveau conseil d’administration entend en outre se départir de son directeur général, dont le contrat qui arrive à échéance au 31 décembre 2021 ne sera pas renouvelé.

Par ailleurs, le Syndicat dément les allégations à l’effet que le nouveau président, Nicolas Pedneault, se serait livré à des manoeuvres d’intimidation à l’endroit de membres du conseil d’administration. Au contraire, fait valoir le Syndicat, le nouveau conseil d’administration souhaite s’éloigner du « climat toxique » qui règne au sein de l’industrie du bleuet pour se consacrer au développement et à la croissance des activités des producteurs.

 

 

Partager cet article