Coût de la SQ en TNO : la MRC refuse d’assumer la hausse de 13%

Coût de la SQ en TNO : la MRC refuse d’assumer la hausse de 13%
SQ. (Trium Médias - archives)

Le conseil de la MRC de Maria-Chapdelaine a sursauté, en recevant la facture de la Sûreté du Québec, pour la couverture des TNO. L’augmentation des coûts se chiffre à 13%, une facture que la MRC refuser d’acquitter.
«On nous avait annoncé une hausse de 3% et les coûts sont plutôt en hausse de 13%. C’est inadmissible et on refuse d’assumer une augmentation de plus de 3%!», a laissé tomber le préfet, Luc Simard.
Celui-ci concède qu’il ne s’agit pas d’une somme faramineuse, puisque l’on parle ici strictement des TNO, mais croit néanmoins qu’un changement s’impose, dans la façon dont les coûts, pour les services de la SQ, sont répartis.
«Actuellement, les municipalités paient 53% de la facture (le gouvernement paye 47%). On demande un plafond payable à 50% et qu’ensuite, la somme soit indexée à l’inflation.»
Mêmes services
L’an dernier, la MRC de Maria-Chapdelaine avait formulé différentes requêtes à la Sûreté du Québec, en prévision de renouvellement de l’entente de services.
On exigeait, notamment, le maintien d’un poste de lieutenant, au poste local de Dolbeau-Mistassini, ainsi que la présence d’une autopatrouille dans le secteur GÉANT, 24h par jour, sept jours sur sept.
«Ce qu’on avait demandé, en regard d’une présence 24h sur 24, dans le secteur GÉANT, honnêtement, ce sera difficile. Par contre, il y a eu une réorganisation des horaires de travail, dans la gestion des effectifs et déjà, on peut voir davantage de policiers sur les routes dans notre secteur», a souligné le maire de Normandin, Mario Fortin.
Dans l’ensemble, on a assuré les élus qu’on maintiendrait le même niveau de service, dont on bénéficiait déjà sur le territoire.
Quoi qu’il en soit, le préfet Luc Simard assure qu’on se montrera vigilant pour la suite des choses.
Et Milot?
Le précédent conseil de la MRC avait également formulé la demande de rapatrier la municipalité de Saint-Ludger-de-Milot, au sein du territoire couvert par le poste de la SQ de Maria-Chapdelaine.
«On nous a dit que ça ne servirait à rien et qu’en définitive, on n’aura pas plus d’effectifs pour couvrir un plus grand territoire», a précisé le président du comité de sécurité publique, Daniel Tremblay.

Partager cet article