Bilodeau Canada fête ses 30 ans à Normandin

Bilodeau Canada fête ses 30 ans à Normandin
Animaux naturalisés chez Bilodeau.

TAXIDERMIE. L’entreprise Bilodeau Canada, qui a pignon sur rue à Normandin, célèbre cette année son 30e anniversaire et entend en profiter pour offrir une exposition qui sort de l’ordinaire à la population.

Les 6, 7 et 8 novembre, Bilodeau Canada invite le public au gymnase de la Polyvalente de Normandin pour une exposition spéciale où plus de 200 animaux naturalisés pourront être vus. Des défilés de mode mettant en vedette les produits de l’entreprise seront également à l’horaire pendant la fin de semaine.

« Ce sera une activité très familiale. Les animaux naturalisés, ça impressionne beaucoup les jeunes alors je pense que ce sera très intéressant pour les gens et aussi pour nous », de mentionner Mario Bilodeau, copropriétaire de l’entreprise.

L’expositition débute le vendredi 6 novembre à compter de 18h30, et ce, jusqu’à 21h00. Le samedi, le public aura accès à l’exposition de 12h00 à 21h00 et le dimanche, de 12h00 à 16h00.

30 ans

Cette année marque le 30e anniversaire de l’entreprise puisque c’est en 1985 que Mario Bilodeau a amorcé sa carrière dans le commerce de la fourrure. « À l’époque, j’avais imaginé que ça me permettrait de gagner ma vie à moi, mais pas que ce serait aussi le cas de 84 personnes », laisse tomber Mario Bilodeau.

L’entreprise prendra de l’expansion en 1997 alors que Mario Bilodeau s’associe à Marcel Laplante. Bilodeau connaîtra par la suite une phase de croissance qui l’amènera à atteindre une visibilité internationale, non seulement pour ses accessoires de fourrure, mais également par ses collaborations avec l’industrie cinématographique pour la création de décors et d’accessoires sur mesure.

« Ce qui est beau dans tout ça, c’est que l’on a encore de la place pour être beaucoup plus gros qu’on l’est actuellement. On a tellement de tentacules, on peut continuer à prendre de l’expansion. Au cours des cinq dernières années, on a encore embauché une trentaine de personnes et ça va se poursuivre », de conclure Mario Bilodeau.

Partager cet article