Année charnière pour Madilhut

Serge Tremblay
Année charnière pour Madilhut
La Troupe Madilhut a intégré ses nouveaux locaux du Complexe sportif Desjardins. Tout un changement! (Photo : courtoisie)

Dolbeau-Mistassini – Après avoir dû annuler ses camps de jour l’été dernier, c’est un retour en force pour l’équipe de la Troupe Madilhut. Et dans ses tout nouveaux locaux du Complexe sportif Desjardins en prime!

« Oui, nous sommes enfin dans nos nouveaux locaux! Nous étions bien installés à la polyvalente Jean-Dolbeau pour nos camps d’été puisque nous pouvions bénéficier de l’ensemble de l’espace, mais juste d’être enfin chez nous, on est vraiment content! », se réjouit Sarah Gagné, directrice chez Madilhut.

Les jeunes sont d’ailleurs au rendez-vous malgré le fait que l’on a dû prendre une pause forcée en 2020. On s’attend à recevoir légèrement plus de jeunes qu’à l’habitude pour les activités des camps d’été alors que quatre camps sont proposés.

« Lorsque l’on tient compte des camps d’été, de la danse et de la gymnastique, qui est toujours très stable, on devrait encore recevoir de 550 à 600 jeunes cette année. »

La danse demeure naturellement le volet le plus populaire chez Madilhut, mais l’offre est diversifiée avec des ateliers de théâtre, des ateliers de motivation et du cheerleading. On propose même quelques activités de cirque.

Motricité

Intégrer des locaux modernes comme le gymnase aménagé au Complexe sportif Desjardins ne se fait pas sans un impact financier important. L’équipe de Madilhut avait toutefois fait preuve de prudence ces dernières années afin de se préparer à cette nouvelle étape.

« Nous avions été sages ces dernières années et nous avions prévu nos investissements. Nos équipements s’en trouvent amortis et nous aurons aussi une offre d’activités élargie de jour. »

Entre autres, Madilhut souhaite offrir aux services de garde d’utiliser ses installations pour des activités de motricité pour les tout-petits.

« Plusieurs écoles se sont tournées vers les salles de motricité ces dernières années, mais les services de garde, même s’ils possèdent quelques petites choses, ne sont pas nécessairement équipés. On aimerait pouvoir les faire venir chez nous. »

 

Partager cet article