Mardi, 23 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 42 s

Une nouvelle politique de développement social dans la MRC Maria-Chapdelaine

Denis Hudon
Le 18 octobre 2022 — Modifié à 18 h 32 min le 18 octobre 2022
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Une deuxième politique de développement social sur le territoire de la MRC Maria-Chapdelaine vient d’être lancée. Elle doit servir de guide au milieu dans ses futures actions en matière d’inclusion et de respect des personnes, de bonnes habitudes de vie, d’accessibilité au transport, au logement, aux sports, aux loisirs, à la culture et aux services de garde.

La première politique en développement social sur le territoire remonte à 2015. La deuxième est en quelque sorte une mise à jour.

Le comité de coordination a ainsi dévoilé son plan avec pour thème  S’unir pour qu’il fasse bon vivre à Maria-Chapdelaine.

Luc Simard, préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, croit que cette deuxième mouture de la politique en développement social, fruit d’un travail collectif amorcé en février 2020, aidera le milieu à trouver des solutions durables. Des solutions sur le plan de l’accessibilité des services, de la mobilité, du maintien et de l’accroissement de la population.

« Cette politique n’ira pas sur une tablette. Il y a énormément d’enjeux et de défis qui nous attendent. On va la faire vivre cette politique, on vous en fait la promesse », a-t-il lancé à l’auditoire présente au foyer de la Salle Desjardins-Maria-Chapdelaine pour ce dévoilement.

Communauté tissée serrée

Le document fait aussi le portrait de la population d’une peu plus de 24 000 âmes, alors que 15 % de celle-ci vit avec un faible revenu. Sa population est aussi vieillissante alors que les 65 ans et plus représentent 28 %, proportion qui pourrait passer à 35 % en 2033, selon les projections de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). De même, 12 % des ménages dans Maria-Chapdelaine consacrent 30 % ou plus de leur revenu pour se loger tandis que 16 % des adultes déclarent vivre de l’insécurité alimentaire, faute d’argent.

Audrey-Pier Lavoie, coordonnatrice de la démarche en développement social, n’hésite pas à dire que cette politique est le reflet d’une communauté tissée serrée qui place le bien-être de toutes les personnes au centre des priorités.

Elle rappelle la mobilisation extraordinaire qu’a nécessité cette planification, plus de 70 partenaires issus des milieux communautaires, bénévoles, politiques, municipaux, institutionnels, publics et économiques.

La MRC Maria-Chapdelaine, le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Corporation de développement communautaire (CDC) ont accompagné le comité de coordination tout au long de la démarche.

Quant à la Fondation Lucie et André Chagnon, vouée à la lutte contre la pauvreté chez les jeunes, elle a contribué au financement de cette politique, avec la MRC Maria-Chapdelaine et le gouvernement du Québec.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES