Rentrée scolaire : Plus d’élèves dans les écoles du Pays-des-Bleuets

Par Janick Émond
Rentrée scolaire : Plus d’élèves dans les écoles du Pays-des-Bleuets
(Photo : Courtoisie)

C’est la semaine dernière que les 6 847 élèves du Centre de services scolaires (CSS) du Pays-des-Bleuets ont retrouvé les bancs d’école. Cette année, ce sont  127 élèves de plus qui ont franchi les portes des établissements scolaires du haut du Lac.

La hausse se retrouve seulement au secondaire. Alors qu’il y avait 2 656 élèves l’an dernier, le CSS du Pays-des-Bleuets en compte maintenant 2 808.

Pour le primaire, on enregistre une baisse de 25 élèves, le nombre passant de 4 064 à 4 039.

Rappelons toutefois qu’il s’agit de prévisions et que la clientèle officielle sera connue le 30 septembre.

Le CSS du Pays-des-Bleuets connaît d’ailleurs une légère augmentation de ses élèves depuis quelques années.

En 2014-2015 l’organisation comptait 6 458 jeunes au primaire et au secondaire. Le nombre d’inscriptions a graduellement augmenté au fil des ans pour atteindre les 6 847 élèves de cette rentrée.

Manque de personnel

Alors que les élèves sont de plus en plus nombreux, les enseignants et les autres membres du personnel se font plutôt rares.

« Actuellement, on est en mesure d’avoir le personnel nécessaire, mais le problème est qu’on n’a plus de banque de suppléants. Mais on a des besoins partout et ça nous préoccupe énormément », indique le directeur général du CSS du Pays-des-Bleuets, Patrice Boivin.

Ainsi, depuis quelques années, la solution pour régler cette problématique est d’embaucher des enseignants non légalement qualifiés.

« Ça veut dire que ce sont des gens qui ont, pour la majorité, un baccalauréat, mais ils n’ont pas fait des études en éducation. Souvent, ces gens entreprennent par la suite une démarche pour se qualifier, sur une certaine période d’années»,

Allègements

Les assouplissements des restrictions sanitaires rendent la rentrée scolaire 2021-2022 beaucoup plus agréable que l’an dernier.

Parmi les assouplissements, les jeunes n’ont plus à porter le masque en classe. Également, le concept de bulle-classe n’existe plus, au plus grand plaisir des élèves.

De plus, on remarque le retour des activités parascolaires. « Cette année, s’il y a un cas de covid dans une classe, le groupe n’est pas retiré au complet. Ça enlève certainement une bonne dose de stress aux élèves, mais aussi aux enseignants et aux parents ».

 

Partager cet article