À partir de gouttières d’édifices : Des jardins de pluie aménagés à Normandin et Albanel

Denis Hudon
À partir de gouttières d’édifices : Des jardins de pluie aménagés à Normandin et Albanel

Un jardin de pluie a été aménagé devant l’hôtel de ville de Normandin et un autre face à l’édifice qui abrite la bibliothèque municipale d’Albanel.

Ces jardins de pluie visent à mieux prévenir et gérer les risques liés à l’eau, dont les inondations et la contamination de l’eau de surface.

Le concept est somme toute assez simple. L’eau de pluie est récupérée par la gouttière d’un édifice, qui se déverse ainsi dans un jardin aménagé à cet effet. Il permet de réduire le ruissellement et ainsi de diminuer les impacts lors de périodes de pluie abondante.

Cette année, trois autres municipalités au Lac-Saint-Jean ont pu accueillir un jardin de pluie : Chambord, Lac-Bouchette et Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. L’an prochain, s’ajouteront Dolbeau-Mistassini, Hébertville, Lamarche, Roberval et Sainte-Jeanne-d’arc.

Initié par le Conseil régional de l’environnement et du développement durable (CREDD) en collaboration avec divers partenaires, le jardin de pluie peut très bien inspirer les particuliers.

Changements climatiques

Luc Chiasson, chargé de projet du CREDD, encourage d’ailleurs les citoyens à aménager leur propre jardin de pluie. Sur le panneau d’interprétation, on retrouve d’ailleurs des informations pour reproduire un jardin de pluie à la maison en trois étapes.

« C’est la multiplication de ce genre d’aménagement qui fera une différence pour protéger notre environnement et ainsi s’adapter aux changements climatiques », dit Anne Malamoud, directrice générale de l’organisme de bassin versant Lac-Saint-Jean.

Ces jardins ont bénéficié de contributions financières d’Environnement et Changement climatique Canada et de l’OBV Lac-Saint-Jean. La Société de gestion environnementale (SGE) a pour sa part préparé les plans d’aménagement, procédé à la commande et à la plantation des végétaux.

 

Partager cet article