Francis Pelletier vice-champion de la saison

Denis Hudon
Francis Pelletier vice-champion de la saison
Le snocross, c’est aussi de la haute voltige, comme le démontre bien ce cliché où l’on voit le numéro 220 y aller de prouesses spectaculaires. (Photo : courtoisie)

Au volant de sa motoneige Ski-Doo, Francis Pelletier clôture sa première année chez les professionnels en deuxième place du circuit national américain AMSOIL Snocross.

Un résultat qui va au-delà de ses espérances et qu’il n’aurait pu imaginer même dans ses rêves les plus fous.

« Je suis très satisfait de ma saison. Je me suis présenté sur le circuit à ma première saison en pro avec l’objectif de prendre de l’expérience et de m’améliorer à chaque course. Je ne me suis pas mis de pression supplémentaire, je voulais seulement réaliser de bonnes courses et les résultats sont venus avec le travail. Je sais que si je me mets trop de pression, je ne serai pas à mon meilleur », déclare le pilote.

Au cours des seize journées de courses réparties sur huit fins de semaine, le jeune homme originaire de Normandin et qui demeure maintenant à Saint-Félicien en a impressionné plus d’un.

« Je me suis classé dans toutes les finales et terminé chaque fois dans les trois premières places. Il n’y a pas de répit en saison et on affronte la crème des coureurs. C’est pour ça que je ne baisse jamais ma garde, la compétition est forte ».

Pilote en hiver et forestier en été

Au classement final de la saison 2020-2021, le numéro 220 a totalisé 598 points, ce qui lui a valu la deuxième place, à un point seulement devant son plus proche rival l’Albertain Oskar Norum (Polaris). C’est Elias Ishoel, sur Ski-Doo, qui a remporté le championnat de la saison avec 701 points.

Avant de penser à la prochaine saison, Francis Pelletier passera l’été en forêt comme opérateur d’une bucheuse et mécanicien pour l’entreprise Accès Forêt. De retour au pays, il s’est imposé volontairement une quarantaine de 14 jours.

Le snocross et son métier de forestier sont d’ailleurs ses deux plus grandes passions. Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, il est papa pour la première fois depuis le 17 mars dernier, d’une petite fille nommée Mia.

Pour l’an prochain, là encore le pilote ne veut pas se mettre plus de pression, il souhaite seulement avoir de la constance à chacune de ses courses.

« Une chose est certaine, je vais me donner encore à fond pour obtenir les meilleurs résultats possible ».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires