Actualités

Temps de lecture : 1 min 29 s

Gestion Arpidôme est en panne de bénévoles

Le 22 novembre 2012 — Modifié à 00 h 00 min le 22 novembre 2012
Par Karine Desrosiers

Gestion Arpidôme est en panne de bénévoles

Dolbeau-Mistassini - Personne ne s’est présenté mercredi soir dernier à l’assemblée générale spéciale visant à constituer un nouveau conseil d’administration à Gestion Arpidôme, organisme sans but lucratif chargé d’administrer les loisirs, les sports et la culture sur le territoire de la ville de Dolbeau-Mistassini.

Devant cette situation, le directeur général de l’organisme, M. Claude Godbout, a indiqué ne pas avoir le choix de se retourner vers la direction de la ville de Dolbeau-Mistassini et son maire, afin de les aviser que Gestion Arpidôme n’a pas de conseil d’administration et que l’organisme est en défaut de pouvoir répondre à ses obligations. En fait, l’organisme n’a pu tenir son assemblée générale spéciale, n’ayant aucun officier pour la présider. Trois membres du conseil d’administration dont le mandat se terminait en juin dernier ont participé à la rencontre et ont unanimement indiqué ne pas vouloir se représenter. Seuls les deux représentants de la ville, MM. Claude Ouellet et Richard Hébert, étaient disposés à répondre à leur mandat.

28 ans

C’est en 1985 que Gestion Arpidôme voit le jour dans l’ex-ville de Dolbeau afin d’en prendre en charge l’administration et la gestion des loisirs, du sport et de la culture sur le territoire de la ville. L’objectif visé par le conseil à ce moment était de permettre aux bénévoles qui s’adonnent à l’organisation de loisirs d’avoir droit au chapitre sur la répartition du budget municipal destiné aux loisirs. Le directeur général de Gestion Arpidôme souligne qu’encore aujourd’hui cette façon de faire est toujours à l’ordre du jour, mais que l’on constate depuis quelques années un essoufflement des bénévoles à vouloir assumer des fonctions administratives.

Présent à la rencontre, le maire de Dolbeau-Mistassini, M. Georges Simard, a pris acte du fait que Gestion Arpidôme n’avait plus de conseil d’administration. « Nous verrons à relancer une autre rencontre publique en demandant à tous ceux et celles intéressés au développement du loisir et des sports au sein de la ville de se présenter au conseil d’administration », a déclaré M. Simard. Il ne semble pas que le fait de saborder Gestion Arpidôme soit dans les plans du conseil de ville.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES