Mardi, 20 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 2 s

Les très jeunes de plus en plus nombreux sur le marché du travail

Yohann Harvey Simard
Le 20 août 2021 — Modifié à 18 h 31 min le 20 août 2021
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Les très jeunes de plus en plus nombreux sur le marché du travail

Un phénomène nouveau est apparu alors que les jeunes de 14 voire 13 ans sont de plus en plus nombreux sur le marché du travail. Ils viennent ainsi combler des besoins criants dans les épiceries, restaurants et sites touristiques

Le magasin IGA Lamontagne et Fille à Saint-Félicien compte une vingtaine de jeunes autour de14 ans, sur 125 employés. Ils sont surtout à l’emballage ou aux prêts-à-manger.

« Ils sont parmi mes meilleurs employés. Ils veulent travailler et c’est eux qui répondent le plus à nos demandes d’emploi. Mais quand l’école recommence, on les perd. Les 16 à 18 ans, ils sont plus difficiles à recruter, surtout avec l’aide gouvernementale pendant la pandémie. J’ai rarement de CV des 18 ans », dit Yvon Lamontagne.

Chez IGA Marché Tremblay à Dolbeau-Mistassini, ils sont trois ou quatre âgés de 13 et 14 ans et une vingtaine ont 18 ans ou moins. « Nos plus jeunes sont excellents et ils se sentent valorisés », dit Marie-Lise Tremblay.

Métro Dany Boutin de Dolbeau-Mistassini et Saint-Félicien engage lui aussi quelques jeunes de 14-15 ans. Il en a même un de 13 ans. Ils sont plus nombreux chez les 15 ans, et encore davantage chez les 16-18 ans. Et quelques-uns de 19 ans.

« C’est plus difficile de recruter les 17-19 ans, depuis trois ans je dirais », dit Dany Boutin. Les prestations d’aide du fédéral rendent plus difficile le recrutement, croit-il.

André Fortin, propriétaire des deux Marchés Métro d’Alma et Delisle, embauche cette année une dizaine de jeunes âgés de 15 ans, sur 270 employés. Il compte aussi des jeunes de 16 ans. Ils sont principalement à l’emballage et placent aussi des articles sur les étagères. « Avec la pénurie de main-d’œuvre, ça donne un coup de main. La porte est ouverte pour le futur. Moi, j’ai commencé à travailler très jeune et aujourd’hui je suis propriétaire », lance-t-il.

Tourisme

Au Zoo sauvage de Saint-Félicien qui a toujours fait beaucoup de place à la main-d’œuvre étudiante, cinq employés sont âgés de 14 ans sur les 110 employés cette année. L’an passé, c’était un seul jeune de 14 ans.

La directrice générale Lauraine Gagnon apprécie leur ardeur au travail. « À cet âge-là, on les affecte surtout à la restauration et à nos boutiques. D’année en année, ils vont graduer et ils seront de la relève ».

Au Village historique de Val-Jalbert, on compte une dizaine de jeunes 15 et 16 ans parmi une quarantaine d’étudiants.

Louis-Michel Bradette est propriétaire des quatre restaurants McDonald du Lac-Saint-Jean (Alma, Roberval, Saint-Félicien et Dolbeau). C’est environ trois ou quatre jeunes employés de 14 ans par resto, depuis l’an dernier. Les jeunes de 15 ans, eux, sont là depuis longtemps.

« J’ai reçu des demandes d’emploi en juillet cette année. Je n’avais jamais vu ça.  Depuis l’an dernier, on a plus de jeunes de 14 ans, mais on se limite à un maximum de quatre ou cinq, parce que ça demande un plus grand encadrement. Ce sont pour la plupart leur premier emploi. Et ils risquent de revenir l’an prochain ».

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES