Mardi, 20 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 29 s

L’ANCAI dénonce les façons de faire de Résolu

Le 06 février 2013 — Modifié à 00 h 00 min le 06 février 2013
Par Karine Desrosiers

L’ANCAI dénonce les façons de faire de Résolu

Dolbeau-Mistassini – L’Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI) en a plus qu’assez de l’attitude de Produits forestiers Résolu envers les membres qu’elle représente. L’ANCAI accuse Résolu de tout faire pour imposer ses conditions et réclame une intervention du gouvernement afin de faire respecter les droits des transporteurs forestiers.

Le directeur général de l’ANCAI, Gaétan Légaré, soutient que la situation est très problématique chez les transporteurs forestiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Ça fait cinq ans que les transporteurs forestiers se font imposer les conditions de Résolu sans aucune augmentation de salaire et de tarif. Malgré toutes ses campagnes publicitaires, Résolu ne respecte pas son capital humain », déplore-t-il.

Les membres de l’ANCAI, au nombre d’environ 75 dans la région, sont liés à Résolu par un contrat de transport forestier qui donne droit, entre autres, à un rang d’embauche et à être représenté. Toutefois, Gaétan Légaré précise que Résolu a convoqué les camionneurs individuellement en janvier dernier en refusant la présence d’un représentant.

« Résolu ne reconnaît aucunement l’ANCAI comme représentant malgré le contrat de transporteur forestier. Résolu a forcé la signature des contrats aux mêmes conditions sans aucune négociation », dénonce M. Légaré. Ce dernier veut que son organisation soit reconnue comme représentante des camionneurs concernés et ainsi pouvoir travailler à changer les conditions de travail par la négociation.

Les conditions offertes aux transporteurs forestiers par Résolu seraient actuellement insuffisantes et feraient en sorte que les camionneurs sont pris à la gorge. La situation serait en outre unique à PFR. « Ailleurs au Québec, les compagnies ont accepté de négocier et ça marche. Ici, ça fait 5 ans que les salaires n’ont pas augmenté. On en est arrière des autres et pas mal », clame Pierre Vallée, directeur forestier à l’ANCAI.

L’Association concède avoir peu de recours actuellement puisque Résolu ne fait rien qui soit illégal. Des représentants ont pu rencontrer le vice-premier ministre, François Gendron, et ont senti que ce dernier était réceptif à leurs doléances. « On veut que le gouvernement intervienne pour que ceux à qui on donne nos ressources naturelles respectent le capital humain sans convention collective », a indiqué Gaétan Légaré.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES