Mardi, 23 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 23 s

Une opération de sensibilisation encore nécessaire sur la Véloroute des Bleuets

Yohann Harvey Simard
Le 03 juillet 2024 — Modifié à 22 h 55 min le 03 juillet 2024
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

La Véloroute des Bleuets menait aujourd’hui une activité de sensibilisation dans le but de rendre plus sécuritaire la cohabitation entre les différents usagers de la route.

L’activité a été menée en collaboration avec la Sûreté du Québec et les Cadets de la SQ dans les trois MRC du Lac-Saint-Jean.

Durant toute la journée à Alma, Saint-Félicien et Normandin, des ambassadeurs de la Véloroute accompagnés de cadets ont distribué de la documentation sur les bonnes pratiques à observer lorsqu’ils circulent et sur le réseau cyclable, et sur le réseau routier. Avec un objectif de 500 interventions pour la journée, ils s’étaient postés à des croisements entre la Véloroute et la voie publique de sorte à pouvoir intercepter des cyclistes et des piétons, mais aussi des automobilistes.

Selon le directeur général de la Véloroute des Bleuets, David Lecointre, affirme qu’il est nécessaire de rappeler les consignes de sécurité aux usagers puisque qu’encore plusieurs infractions sont commises. En fait, il est peut-être plus important que jamais de le faire alors que les usagers sont de plus en plus nombreux sur les pistes, qui elles, ne sont pas plus grandes.

De 60 000 à 70 000 usagers transitent au Centre de villégiature de la Dam-en-Terre durant cours de la saison estivale selon les données du compteur de passages qui y est installé.

Beaucoup d’accidents et d’infractions

Entre autres, il est encore commun de voir des animaux de compagnie sur les pistes cyclables bien que cela soit interdit. Et avec raison, croit David Lecointre, mentionnant le cas d’un accident impliquant des chiens qui avait entraîné la mort d’une marcheuse il y a quelques années.

Le directeur de la Véloroute note aussi que le nombre d’accidents a crû à mesure que les engins à assistance électrique ont gagné en popularité. Même que depuis l’an dernier, ils ont délogé les trampolines à titre de principale cause d’accidents récréatifs estivaux.

Autre infraction régulièrement constatée: la présence d’engins entièrement électriques sur le réseau cyclable, où ils sont interdits en raison des vitesses élevées qu’ils peuvent atteindre.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES