Vélo Commun-O-Terre : 15 ans et toujours pertinent!

Vélo Commun-O-Terre : 15 ans et toujours pertinent!

Crédit photo : Trium Médias - Serge Tremblay

Les bicyclettes du projet Vélo Commun-O-Terre font partie du paysage Dolmissois depuis déjà 15 ans. Un moyen de transport qui a fait ses preuves, tout en ayant un impact important sur le vandalisme et les vols de vélo.

Pour la période 2003-2013, les données compilées par la Sûreté du Québec font état d’une chute de 90% des vols et actes de méfait sur les vélos, appartenant à des privés. Des statistiques devraient être disponibles pour la période 2013-2018, à la fin de la présente année.

«Malheureusement, les vols et le vandalisme se reportent en partie sur nos vélos verts, mais c’est toujours mieux que sur ceux des gens. Nous, ce sont des vélos recyclés, alors c’est moins problématique», souligne Anne Bolduc, chargée de ce projet pour la Société de gestion environnementale.

Même si la sensibilisation fait son chemin et que la situation s’améliore, certains vélos verts passent un sale quart d’heure. On en a même retrouvé quelques-uns dans la rivière.

«C’est vrai que certains vélos ont été jetés dans la rivière, mais on ne sait pas combien exactement. Chaque vélo est numéroté, donc à la fin de l’été, on pourra savoir combien de vélos sont manquants exactement.»

Nouveauté

Avant tout un moyen de transport gratuit et accessible, les vélos verts se sont naturellement accolés au nouveau service de transport en commun Maria Express.

«Nous avons des supports à vélo à proximité des arrêts de Maria Express. De cette façon, les gens qui empruntent le service, mais qui se rendent dans des rues qui ne sont pas desservies, peuvent simplement prendre un vélo. Ils sont là pour ça!»

Cinq jeunes, dont l’un était absent pour la photo, trouvent un emploi d’été dans l’atelier mécanique du projet Vélo Commun-O-Terre.

Du travail

Pour cinq étudiants du Tournant et du Parcours, le projet Vélo Commun-O-Terre est aussi source d’un emploi d’été, qui offre une expérience satisfaisante.

En plus de faire des travaux mécaniques pour assurer l’entretien des vélos, l’équipe de jeunes patrouille le secteur, pour sensibiliser les gens et faire connaître le projet qui, malgré ses 15 ans, gagne toujours à être connu.

Cette année, les jeunes ont une flotte de 103 vélos à entretenir. Ces vélos sont soit des dons du public, ou ont été récupérés à l’écocentre dans la case identifiée au projet Vélo Commun-O-Terre.

 

Poster un Commentaire

avatar