Un projet à exporter

Un projet à exporter

Jacques Aubut, Jean-Luc Hudon et Jerry Piquette souhaitent que le programme développé à la Régie de sécurité incendie du secteur GÉANT puisse prendre de l’ampleur.

Crédit photo : Trium Médias - Serge Tremblay

Le programme de jeunes pompiers mis en place par la Régie intermunicipale de sécurité des incendies du secteur GÉANT est appelé à être exporté ailleurs au Québec.

« J’en ai parlé à l’Association des chefs en sécurité incendie et il y a de l’intérêt. Le programme a été bien monté et il est facilement exportable ailleurs. C’est une très belle initiative », souligne Jerry Piquette, directeur de la Régie.

Localement, le programme fera vraisemblablement un retour à la polyvalente de Normandin, puisque d’autres jeunes du secondaire veulent à leur tour goûter à cette aventure après en avoir entendu parler.

À Dolbeau-Mistassini, les directions de la polyvalente Jean-Dolbeau et de l’École secondaire Des Chutes auraient manifesté leur intérêt.

Recrutement

Le programme vise avant tout à faire découvrir le métier et permettre à des jeunes qui sont à un moment de leur vie où ils doivent explorer des choix de carrière de valider quelles sont leurs aptitudes.

« Notre objectif n’est pas de leur faire signer un contrat demain matin. Mais si dans cinq ans, un jeune d’ici se retrouve à Sainte-Adèle et décide de s’enrôler comme pompier, ce sera ça de gagner. Peut-être que si le programme se fait ailleurs, on aura aussi un retour d’ascenseur avec quelqu’un qui débarquera chez nous à son tour et se joindra à notre brigade », soutient Jerry Piquette.

Un questionnaire remis aux élèves posait d’ailleurs la question à savoir si après son expérience, un jeune était prêt à envisager un jour le métier de pompier. Certaines réponses ont surpris.

« Une des plus belles réponses qu’on a eues, c’est un jeune qui a répondu que non, il n’envisagerait pas ce métier, car il n’en a pas les capacités physiques. Par contre, il ajoutait que ça lui a donné le goût de faire quelque chose pour aider les gens. Après tout, comme pompier, c’est ça que l’on fait », mentionne Jacques Aubut.

Implication

Plus largement, le programme développé à Normandin s’inscrit dans la volonté du Service de sécurité incendie d’être impliqué dans son milieu.

« C’est difficile de dire non à un tel projet. Ça répond vraiment à nos objectifs. Pas besoin de faire des pompiers de ces jeunes. À la limite, s’ils ont trouvé satisfaction dans une telle activité, c’est déjà très positif », de conclure Jerry Piquette.

Poster un Commentaire

avatar